Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» La thérapie quantique
Lun 20 Nov 2017, 13:46 par Foudre

» Le scandale de la maladie de Lyme en France (Pétition Lyme sans frontières)
Mer 08 Nov 2017, 23:25 par Foudre

» "Les vaccins servent à affaiblir le peuple" - Docteur Ploncard d'Assac
Lun 06 Nov 2017, 23:35 par Foudre

» Que sont les chemtrails ?
Ven 03 Nov 2017, 10:01 par Foudre

» Antidotes homéopathiques aux vaccins
Mer 01 Nov 2017, 00:41 par Foudre

» Laura Marie
Jeu 19 Oct 2017, 16:07 par Foudre

» 11 septembre
Jeu 19 Oct 2017, 13:31 par Foudre

» La puissance cachée de la musique et ses pouvoirs - Michel Gautier
Sam 07 Oct 2017, 13:04 par Foudre

» Les prophéties 2017 d'un magazine pour les initiés
Mar 03 Oct 2017, 13:34 par Foudre

» Il existe 12 types de travailleurs de lumière qui transforment l’esprit humain!
Lun 25 Sep 2017, 20:35 par Foudre

» La dernière blague de nos amis les Rothschild : la dernière UNE de The Economist
Dim 24 Sep 2017, 14:13 par Foudre

» Irma n’était que le début d’une vague de cataclysmes sans précédent
Jeu 21 Sep 2017, 23:06 par Foudre

» News septembre 2017
Mar 12 Sep 2017, 19:17 par Foudre

» Bruno Clavier - Les fantômes familiaux
Lun 04 Sep 2017, 13:23 par Foudre

» Pétage de plombs en direct à la Ju'light
Dim 20 Aoû 2017, 12:39 par Foudre

» Roger Waters (Pink Floyd) balance tout !
Sam 19 Aoû 2017, 11:45 par Foudre

» La Guerre secrète des illuminatis et de la Franc maçonnerie contre les peuples ( NWO )
Mar 15 Aoû 2017, 15:52 par Foudre

» L’initiation luciférienne
Ven 04 Aoû 2017, 20:30 par Foudre

» L’avancement
Jeu 03 Aoû 2017, 22:06 par Foudre

» Un discours magistral du député insoumis Bastien Lachaud sur l'oligarchie !
Mer 02 Aoû 2017, 23:21 par Foudre

» Loïc eveil conscience
Mer 02 Aoû 2017, 21:20 par Foudre

» Boris Cyrulnik - La mémoire traumatique
Mar 20 Juin 2017, 20:15 par Foudre

» Natacha Polony virée des médias ! On comprend pourquoi...
Mar 20 Juin 2017, 12:44 par Foudre

» Ce test vous dira ce que vous avez de caché dans le subconscient !
Dim 18 Juin 2017, 12:01 par Foudre

» Analyse des élections présidentielles 2017
Dim 18 Juin 2017, 00:15 par Foudre

» Attali : « Les élus n’ont plus de pouvoir et voici votre avenir » - Effrayant !
Sam 10 Juin 2017, 09:58 par Foudre

» Ramadan : 5 conseils pour jeûner sans danger et rester en forme ???
Dim 28 Mai 2017, 19:37 par Foudre

» La franc-maçonnerie est-elle une secte diabolique ? (Johan Livernette)
Mar 18 Avr 2017, 15:00 par Foudre

» Débarrassez-vous de la plaque dentaire et de la mauvaise haleine juste en utilisant un seul ingrédient purement naturel
Mar 11 Avr 2017, 15:44 par Foudre

» Laurent Dureau (7d12d.fr)
Lun 10 Avr 2017, 13:21 par Foudre


Privatisation de l'éducation (dite nationale)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Privatisation de l'éducation (dite nationale)

Message par SergeA le Ven 12 Juil 2013, 08:32

L'objectif du NWO est la marchandisation de tout ce qui existe.
Après l'objectif révélé de marchandisation du corps humain, de la femme et de l'enfant, on ne sera pas étonné de voir arriver la future privatisation de l'éducation.
On va finir par s'apercevoir que nos administrations jusqu'au plus haut niveau deviennent inutiles ... ça tombe bien, c'est le but ... une planète de veaux (ou d'esclaves - selon sa sensibilité) dirigée par une oligarchie et une poignées d'entreprises.

source : http://www.wikistrike.com/article-l-etat-lache-l-education-et-la-jeunesse-le-petrolier-total-va-financer-nos-ecoliers-119025420.html

A court d'argent et d'idées, le gouvernement a passé un accord avec le groupe Total, qui s'engage à verser plusieurs millions d'euros pour soutenir la réforme des rythmes scolaires, concoctée par le ministre de l'Education nationale. L'entreprise soutient ainsi les associations, qui prendront le relai lorsque les enfants ne seront plus en classe. Les municipalités auront-elles recours elles aussi au mécénat d'entreprises pour financer leurs politiques éducatives ? Promu grand mécène d'État, Total semble en tout cas bien décidé à s'impliquer dans les politiques à destination de la jeunesse. Explications.

explications:
Comment financer une réforme de l'Éducation nationale qui bat de l'aile ? Comment payer les personnels qui prendront en charge les enfants quand ils ne seront plus en classe ? Le gouvernement a trouvé une solution : faire appel aux entreprises françaises. La réforme des rythmes scolaires sera ainsi sponsorisée par... le groupe Total, à hauteur de 4 millions d'euros. L'entreprise a signé un accord-cadre début juin avec le ministère de la Jeunesse. Et s'engage à verser un total de 16 millions d'euros, en soutien à des associations, dont une partie pour « accompagner la grande réforme des rythmes éducatifs dans le premier degré ».

Du côté des pouvoirs publics, le flou plane sur le financement de cette réforme. Pour rogner sur les coûts, le gouvernement voulait diminuer les taux d'encadrement : un animateur pourrait s'occuper de 14 enfants de moins de six ans (contre 10 selon la règlementation actuelle), ou de 18 enfants de plus de six ans (contre 14 actuellement). Le Conseil d'État a rejeté ce projet de décret, qui induirait une « baisse de la sécurité des mineurs ». Mais cette décision entraine un surcoût de 25 %, estime l'association des maires ruraux, qui dénonce les « zones d'ombre » de la réforme. Car, au-delà d'un « fonds d'amorçage » versé par l'État, et d'un soutien de la Caisse d'Allocations familiales [1], ce sont les municipalités qui mettront la main à la poche. Seront-elles tentées d'aller chercher des fonds privés pour boucler leur budget ?

Y a-t-il un pilote ?

L'accord national avec le groupe Total « formalise la possibilité pour les collectivités territoriales de recourir à des fonds privés pour financer les projets éducatifs territoriaux », dénonce le syndicat Sud Éducation, pour qui cette réforme marque également l'abandon de tout principe d'égalité entre les territoires. Y aura-t-il recours, localement, au mécénat d'entreprises, pour financer les activités extra-scolaires qui seront à la charge des collectivités ? Au ministère de l'Éducation nationale, on ne se prononce pas : le ministère ne s'occupe que de la réorganisation des emplois du temps scolaires, pas des activités extra-scolaires - pourtant créées par la réforme ! Celles-ci ne relèvent pas du « porte-feuille » du ministère, explique le service de presse. Qui renvoie vers l'association des Maires de France (AMF). Elle-même bien incapable de répondre à la question.

« Je ne peux rien vous dire de plus que le ministère », tranche Pierre-Alain Roiron (PS), vice-président de l'AMF, qui a participé à la concertation nationale sur l'école. « Bien sûr un groupe privé peut aider une école de musique ou faire du mécénat auprès d'un événement culturel ». Et les activités proposées aux enfants dans le cadre de la réforme ? Impossible de savoir. Peut-être le ministère de la Jeunesse, en charge des activités extra-scolaires, en saura-t-il plus ? Nouvel échec. Une question subsiste : y a-t-il un pilote ? Devant ce flou, on comprend que 20 % des communes seulement se soient engagées à mettre en place la réforme à la prochaine rentrée scolaire.

L'éducation, nouveau « produit » ?

L'aide de 4 millions d'euros proposée par Total - qui souhaite « intervenir auprès des jeunes tout au long de la chaîne éducative jusqu'à leur entrée dans la vie active » - arrive donc au bon moment ! L'entreprise soutiendra ainsi les associations qui prendront le relais lorsque les élèves ne seront plus en classe. L'implication du groupe dans les politiques publiques à destination de la jeunesse n'est pas nouvelle. En 2009, Total est devenu le premier partenaire privé du Fonds d'Expérimentation pour la Jeunesse (FEJ), lancé par Martin Hirsch, alors Haut Commissaire à la Jeunesse. L'entreprise s'est engagée à verser 50 millions d'euros sur six ans à ce fonds - abondé également par les pouvoirs publics - qui finance des projets innovants portés par des associations, sur l'accès au logement, l'insertion professionnelle, le décrochage scolaire ou la mobilité internationale. La branche professionnelle de la métallurgie, l'UIMM, contribue également à hauteur de 3 millions d'euros à ce fonds. C'est par ce fonds que transiteront une partie des 16 millions d'euros promis par Total dans le cadre de l'accord-cadre signé en juin.

Total et l'UIMM siègent au Conseil de gestion du FEJ, avec une voix délibérative, c'est-à-dire un droit de vote. Le nombre de voix des contributeurs privés ne peut être supérieur à celui des représentants de l'État [2]. Reste que des entreprises privées se retrouvent co-gestionnaires de deniers publics ! Total est « impliqué à toutes les étapes de l'expérimentation », décrit un communiqué de l'entreprise. « Identification des axes de travail, rédaction des appels à projets, participation du jury de sélection, accompagnement des associations (...), identification de partenariats possibles entre les associations et les implantations locales du Groupe afin de les aider à déployer leur projet ». Total affirme donc être aux manettes d'une politique à destination de la jeunesse. Quel sera son rôle dans la distribution des fonds offerts en juin ? « Total et l'État lancent un appel à projets jusque septembre, pour identifier les structures à financer », explique à Basta ! l'attaché de presse du groupe. Le choix final ? Il est « laissé à des spécialistes... en concertation avec Total, bien sûr ».

Le modèle associatif selon Total

Que viennent faire des entreprises dans les politiques à destination de la jeunesse ? « Qu'il s'agisse d'argent privé ou public, l'objectif est identique : il faut changer le quotidien des jeunes. J'ai proposé à Total une approche pragmatique, exactement comme lorsque les entreprises développent un nouveau produit dans leur département "innovation et recherche" (sic) », expliquait Martin Hirsch en 2009. Le Haut Commissaire à la Jeunesse espérait ainsi créer une « saine émulation » entre pouvoirs publics et entreprises... Que chaque euro public amène un euro privé, s'enthousiasmait M. Hirsch, satisfait que l'UIMM, qui « dispose d'une certaine réserve d'argent (environ 580 millions d'euros d'une « caisse noire » révélée lors de l'affaire Denis Gautier-Sauvagnac [3]) » se soit engagée à contribuer au programme.

Au-delà d'abonder le Fonds d'expérimentation pour la Jeunesse, Total soutient dans le cadre de cet accord avec le ministère de la Jeunesse d'autres structures associatives, « ciblées directement par l'entreprise, en cohésion avec l'État », explique le service de presse du ministère de la Jeunesse. Parmi ces partenaires privilégiés, Sport en Ville, association d'insertion par le sport, qui a été mise en avant lors de la signature de l'accord entre le ministère et Total. Une association dirigée à 90% par des représentants d'entreprises, comme la Société générale ou le fonds d'investissement Siparex. Sa pédagogie ? « Fondée sur la méritocratie » [4]. Son président, Philippe Oddou, affirme diriger Sport en Ville « comme une entreprise ». Le modèle associatif selon Total ?

Total, grand mécène d'État et champion de l'opacité

Parmi les 16 millions d'euros offerts par le groupe Total, 7 millions seront consacrés à l'emploi des jeunes. Avec un soutien aux Emplois d'avenir, ces contrats d'aide à l'insertion destiné aux jeunes de 16 à 25 ans, et financés à 75% par l'État [5]. Le gouvernement a promis 100 000 postes créés en 2013, dans des associations, des collectivités territoriales, des structures d'utilité sociale. Visiblement à cours de candidats du côté des employeurs, le ministre du Travail discute actuellement avec quelques entreprises - comme les maisons de retraite du secteur privé ou les crèches. Des négociations sont également en cours avec Mc Donald's, confirme l'entreprise. Des emplois chez Mc Do, sponsorisés par l'État, lui-même soutenu dans sa politique par Total. Une vision d'avenir pour l'emploi des jeunes !

Total, promu grand mécène d'État, redore son blason a peu de frais. Car que représentent ces quelques millions pour l'entreprise ? Le salaire de son PDG, Christophe de Margerie, était de 4,9 millions d'euros [6] en 2012. Autant que ce que le groupe versera pour soutenir la réforme de l'Éducation nationale. L'entreprise, qui a réalisé 12,4 milliards d'euros de bénéfice l'an dernier, n'a payé que 300 millions d'euros d'impôt sur les sociétés en France en 2012 (et zéro euro en 2011). Et refuse toujours de donner des informations sur ses 685 filiales, y compris celles basées au Panama, aux Bahamas et dans les Bermudes, paradis fiscaux notoires. Peut-être une piste à explorer pour financer la réforme de l'Éducation nationale ? A moins que le gouvernement préfère faire l'aumône auprès des entreprises du CAC 40 plutôt que d'engager une réforme fiscale ambitieuse ?

_________________
"Quiconque me rejette est dans les ténèbres et vivra dans l’agitation" JC

"Dieu nous Aime, ... tous, chacun d'entre nous, un par un ... , si ! si !"  bis

"La véritable spiritualité, c'est quand on fait abstraction de soi et qu'on se tourne vers les autres."
avatar
SergeA
Ange Gardien/Modo
Ange Gardien/Modo

Messages : 877
Date d'inscription : 27/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Privatisation de l'éducation (dite nationale)

Message par Epsylon80 le Ven 12 Juil 2013, 09:37

Je ne comprends pas comment Total va prendre en charge les gamins ? Ils veulent faire travailler les enfants à la pompe et au MacDo l'après-midi pour les préparer à leur futur ou quoi ?

_________________
"Nous sommes l'Univers qui rêve." Christophe Allain
avatar
Epsylon80
Électron
Électron

Messages : 299
Date d'inscription : 06/04/2013
Localisation : Engluée devant le PC

Revenir en haut Aller en bas

Re: Privatisation de l'éducation (dite nationale)

Message par SergeA le Ven 12 Juil 2013, 10:23

une fois l'éducation sortie du giron de l'état, les programmes "éducatifs" seront adaptés aux besoins du marché et nos têtes blondes (expression) seront formatées pour devenir de "bons citoyens lobotomisés". C'était déjà le cas jusqu'à aujourd'hui mais dans un futur proche, cela va prendre des proportions à la 1984 d'Orwell.

_________________
"Quiconque me rejette est dans les ténèbres et vivra dans l’agitation" JC

"Dieu nous Aime, ... tous, chacun d'entre nous, un par un ... , si ! si !"  bis

"La véritable spiritualité, c'est quand on fait abstraction de soi et qu'on se tourne vers les autres."
avatar
SergeA
Ange Gardien/Modo
Ange Gardien/Modo

Messages : 877
Date d'inscription : 27/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Privatisation de l'éducation (dite nationale)

Message par Epsylon80 le Ven 12 Juil 2013, 10:59

Si ça peut éviter le chômage (diront certains).
Ça me rappelle l'époque où l'on parlait des "facs Fleury Michon", où les universités manquaient tellement d'argent qu'on parlait de les sponsoriser par les grandes marques.

_________________
"Nous sommes l'Univers qui rêve." Christophe Allain
avatar
Epsylon80
Électron
Électron

Messages : 299
Date d'inscription : 06/04/2013
Localisation : Engluée devant le PC

Revenir en haut Aller en bas

Re: Privatisation de l'éducation (dite nationale)

Message par Manicou le Ven 12 Juil 2013, 11:00

salut salut 
SergeA a écrit:une fois l'éducation sortie du giron de l'état, les programmes "éducatifs" seront adaptés aux besoins du marché et nos têtes blondes (expression) seront formatées pour devenir de "bons citoyens lobotomisés". C'était déjà le cas jusqu'à aujourd'hui mais dans un futur proche, cela va prendre des proportions à la 1984 d'Orwell.

TOT A FAIT SERGE salut salut salut 
avatar
Manicou
Petit électron
Petit électron

Messages : 32
Date d'inscription : 21/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Privatisation de l'éducation (dite nationale)

Message par SergeA le Ven 12 Juil 2013, 12:08

Epsylon80 a écrit:Si ça peut éviter le chômage (diront certains).
Ça me rappelle l'époque où l'on parlait des "facs Fleury Michon", où les universités manquaient tellement d'argent qu'on parlait de les sponsoriser par les grandes marques.

ce n'est pas de l'emploi dont on parle, ni du chômage, mais de la fin de la véritable éducation, qui, si elle est bien menée, est un pan de l'évolution vers une société meilleure.

Et à ce sujet, il est inutile de dire l'école de Ferry. On sait aujourd'hui que Ferry est un sale traitre raciste.
(source http://www.contreculture.org/AG%20Ferry.html )

_________________
"Quiconque me rejette est dans les ténèbres et vivra dans l’agitation" JC

"Dieu nous Aime, ... tous, chacun d'entre nous, un par un ... , si ! si !"  bis

"La véritable spiritualité, c'est quand on fait abstraction de soi et qu'on se tourne vers les autres."
avatar
SergeA
Ange Gardien/Modo
Ange Gardien/Modo

Messages : 877
Date d'inscription : 27/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Privatisation de l'éducation (dite nationale)

Message par Cyrielle le Ven 12 Juil 2013, 13:30

.....c'est pitoyable....
avatar
Cyrielle
Petit électron
Petit électron

Messages : 42
Date d'inscription : 17/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Privatisation de l'éducation (dite nationale)

Message par Epsylon80 le Sam 13 Juil 2013, 14:05

SergeA a écrit:
Epsylon80 a écrit:Si ça peut éviter le chômage (diront certains).
Ça me rappelle l'époque où l'on parlait des "facs Fleury Michon", où les universités manquaient tellement d'argent qu'on parlait de les sponsoriser par les grandes marques.

ce n'est pas de l'emploi dont on parle, ni du chômage, mais de la fin de la véritable éducation, qui, si elle est bien menée, est un pan de l'évolution vers une société meilleure.

Et à ce sujet, il est inutile de dire l'école de Ferry. On sait aujourd'hui que Ferry est un sale traitre raciste.
(source http://www.contreculture.org/AG%20Ferry.html )

L'éducation nationale elle est déjà complètement à l'ouest. L'autre jour j'ai appris qu'en cours d'histoire au collège, au lieu d'un cours en bonne et due forme, on passe le film "Slamdog Millionaire" aux gosses pour leur apprendre ce que sont les bidonvilles et comment va l'économie en Inde. J'ai halluciné !
avatar
Epsylon80
Électron
Électron

Messages : 299
Date d'inscription : 06/04/2013
Localisation : Engluée devant le PC

Revenir en haut Aller en bas

Re: Privatisation de l'éducation (dite nationale)

Message par Invité le Sam 13 Juil 2013, 14:56

Le problème de l'éducation est complexe. En France, on veut qu'elle forme les futurs travailleurs. Mais force est de constater que ce n'est pas son rôle.

Les arguments sont simples :
- L'école n'est pas capable d'anticiper les besoins de main d’œuvre. Elle ne vit pas dans le même temps
- L'école formate les pratiques alors que les entreprises ont besoin de salariés adaptables
- Il existe beaucoup trop de métiers pour pouvoir tous les enseigner correctement

En voulant tout faire, l'école n'arrive finalement à rien.

Il faut un recentrage sur le rôle premier de l'école : enseigner les bases (lecture, écriture, orthographe et calcul) et de la culture générale (histoire, géographie, économie, sciences, mathématiques). Ensuite vient l'apprentissage de la réflexion avec l'argumentation, la logique et les exposés.

Les métiers devraient être enseignés par les entreprises elles-mêmes, soit lors d'une formation interne, soit par le biais des lycées professionnels.

Ainsi, le système coûterait beaucoup moins cher. Il n'y aurait pas besoin d'argent privé, avec les dérives que cela implique, et les entreprises ne pourraient s'en prendre qu'à elles-mêmes si elles ne trouvent pas de salariés qualifiés.

Mais il faut beaucoup de courage pour adopter le système éducatif des pays pauvres et licencier tous les professeurs devenus inutiles.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Privatisation de l'éducation (dite nationale)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum