Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
»  Les gilets jaunes
Sam 08 Déc 2018, 18:29 par Foudre

» Le scandale de la maladie de Lyme en France (Pétition Lyme sans frontières)
Mer 05 Déc 2018, 14:11 par Foudre

» Réouverture du forum pour 2019 ?
Mer 28 Nov 2018, 22:22 par Foudre

» La France d’en bas déclare la guerre à la dictature financière des Rothschild
Mer 28 Nov 2018, 20:45 par Foudre

» Laura Marie
Sam 24 Nov 2018, 00:19 par Foudre

» News novembre 2018
Lun 19 Nov 2018, 17:02 par Foudre

» Faire le deuil d’une personne toxique
Lun 12 Nov 2018, 15:23 par Foudre

» 10 aliments qui débouchent naturellement les artères
Mer 07 Nov 2018, 16:13 par Foudre

» Vers une Humanité différente : le Civisme.
Mar 06 Nov 2018, 23:52 par Foudre

» Vers une Humanité différente : l'Humilité
Mar 06 Nov 2018, 19:20 par Foudre

» NON, les humains ne sont pas dingues, ni fous, ni cons ! Ils sont envahis par les Ténèbres.
Mar 06 Nov 2018, 19:19 par Foudre

» les Avatars
Mar 06 Nov 2018, 19:04 par Foudre

» Discours complémentaire sur le reiki et interprétations humaines.
Mar 06 Nov 2018, 18:54 par Foudre

» Le reiki
Mar 06 Nov 2018, 18:52 par Foudre

» Comment la lumière répond à nos demandes
Mar 06 Nov 2018, 18:47 par Foudre

» L'amour inconditionnel
Mar 06 Nov 2018, 18:43 par Foudre

» La triste vérité lorsqu’il s’agit de vous remettre d’une personne avec qui vous n’êtes pas sorti
Lun 05 Nov 2018, 14:21 par Foudre

» Au coeur de la kundalini
Ven 19 Oct 2018, 23:36 par Foudre

» C’est la pire bulle spéculative sur les marchés depuis 1929 et elle va exploser
Ven 19 Oct 2018, 23:32 par Foudre

» Perquisition chez JL Mélechon et la France Insoumise 16/10/2018
Ven 19 Oct 2018, 00:53 par Foudre

» Actu météo en temps réel / phénomène étrange récurrent
Ven 19 Oct 2018, 00:43 par Foudre

» Thierry Casasnovas
Lun 15 Oct 2018, 12:09 par Foudre

» La vérité sort de la bouche des enfants - Victoria Grant
Mar 11 Sep 2018, 13:01 par Foudre

» Le lobby israélien veut faire interdire Dieudonné à Hong Kong
Jeu 30 Aoû 2018, 16:27 par Foudre

» Cercle de Prières international de Sylvain Didelot
Jeu 12 Juil 2018, 15:39 par Foudre

» La "liberté" d'informer en danger
Sam 09 Juin 2018, 20:29 par Foudre

» Dédollarisation des transactions pétrolières: la cause d’une possible guerre USA-Iran?
Mer 23 Mai 2018, 17:42 par Foudre

» Vaxxed de la dissimulation à la catastrophe
Mar 22 Mai 2018, 19:59 par Foudre

» Le véritable crime de Robespierre : avoir défié la toute-puissance des riches
Dim 20 Mai 2018, 17:27 par Foudre

» Le Pape a révélé que la Franc-maçonnerie est du Satanisme
Ven 27 Avr 2018, 16:50 par Foudre


La religion et la spiritualité nous rendent dépressifs

Aller en bas

La religion et la spiritualité nous rendent dépressifs

Message par Atulya le Dim 22 Sep 2013, 15:52

Jusqu'à maintenant, les études ont toujours plus ou moins défendu la thèse selon laquelle les croyances religieuses et spirituelles seraient des remparts contre la dépression, et qu'elles étaient associées à un plus grand bien-être. C'est une opinion largement répandue parmi les psychiatres (qui ne sont pas eux-mêmes connus pour être particulièrement croyants) que religion et spiritualité protègent l'humeur de tout un chacun face aux aléas de la vie.

Mais une longue étude, au cours de laquelle des individus ont été suivis pendant un an, a montré un mouvement inverse dans la relation entre croyances religieuses et dépression. La religion, et plus encore la spiritualité sans lien avec une religion formelle, apparaît comme impuissante à aider qui que ce soit à se sortir d'un moment de déprime, et pourrait même être un facteur aggravant.
Une des découvertes clés de cette étude, menée dans plusieurs régions, serait qu'une vision spirituelle de la vie prédispose à une grave dépression, surtout au Royaume-Uni, où les participants présentés comme « spirituels » avaient trois fois plus de chances de connaître une phase de dépression que ceux d'un groupe plus « séculaire ».

Ces résultats sont surprenants car de précédentes recherches avaient conclu que les personnes croyantes avaient des habitudes et un mode de vie favorables à une bonne santé mentale. Entre autres, elles seraient moins enclines à toucher à la drogue ou à l'alcool de manière immodérée.
Sous le titre 'Croyances spirituelles et religieuses en tant que facteurs déterminants pour l'apparition de dépressions majeures: une étude prospective internationale', le lien entre dépression et croyances religieuses ou spirituelles a été exploré en profondeur par une équipe de chercheurs dirigée par Michael King, de l'University College de Londres. Plus de 8000 personnes suivies par des médecins généralistes à travers sept pays ont été examinées après six et douze mois. Les cabinets concernés se situaient au Royaume-Uni, en Espagne, en Slovénie, en Estonie, aux Pays-Bas, au Portugal et au Chili, dans des zones rurales et urbaines, avec de fortes variations socio-économiques.

L'étude vient d'être publiée dans l'une des revues universitaires de psychiatrie les plus respectées, 'Psychological Medicine'. Elle a été menée par des chercheurs de plusieurs universités européennes et chiliennes.
Elle définit la religion comme la pratique d'une croyance, impliquant d'aller au temple, à la mosquée, à l'église ou à la synagogue. Être 'spirituel' a été défini comme le fait de ne pas suivre formellement de religion, mais avoir des croyances ou expériences spirituelles. Cela signifie, par exemple, que l'on croit à une force ou un pouvoir autre que soi-même, qui pourrait influencer sa vie.

Les personnes ayant une compréhension religieuse ou spirituelle de la vie étaient touchées de manière beaucoup plus intense par la dépression que les personnes ayant une manière de vivre plus terre-à-terre. Cependant, cette constatation varie selon le pays; les individus vivant au Royaume-Uni ayant une vision spirituelle de la vie sont apparus comme particulièrement vulnérables aux foudres d'une dépression majeure.
Quel que soit le pays, plus la croyance religieuse ou spirituelle était forte au début de l'étude, plus le danger d'une dépression était prégnant.

Même si les résultats varient selon le pays quant à l'association entre compréhension religieuse de la vie et dépression majeure, aucune preuve n'est apparue que la spiritualité serait apte à apporter la moindre protection, et une preuve très faible des bienfaits d'une vision religieuse de la vie dans deux pays (la Slovénie et les Pays-Bas).
L'effet de la dépression sur les 12 mois était similaire en proportion quelle que soit la croyance (catholiques : 9.8%, protestants : 10.9%, autres religions : 11.5%, sans religion spécifique : 10.8%).
Les participants ayant les convictions religieuses ou spirituelles les plus fortes étaient deux fois plus enclins à faire l'objet d'une dépression majeure au cours des 12 mois à venir.

Bien qu'une perspective religieuse, spirituelle ou séculaire sur la vie semble être relativement établie pour la plupart des gens, un peu plus d'un quart des participants ont modifié leur vision au cours de l'étude. Ce changement s'accompagnait d'un plus grand risque de dépression pour les personnes optant pour une voie plus religieuse, le risque étant moins élevé pour les individus choisissant un chemin plus séculaire.
Les personnes en passe de développer un trouble mental commun, tel que la dépression, sont enclines à s'engager dans une « recherche de la vérité » pour soulager leur peine, c'est pourquoi de précédentes recherches ont pu tracer un lien entre une attitude religieuse ou spirituelle et une santé mentale fragile.
Le fait que les auteurs de l'étude en question aient suivi les participants pendant un an montre qu'une perspective religieuse ou spirituelle est plus apte à affaiblir qu'à fortifier le bien-être d'un individu.

De précédentes recherches avaient conclu que la religion a possiblement une faculté protectrice pendant ou après un événement marquant, mais sans en apporter la preuve.
Les auteurs de notre étude tirent eux la conclusion qu'avoir une vision religieuse ou spirituelle de la vie, en opposition avec une vision séculaire, pose les bases d'une dépression majeure. Ces croyances et pratiques ne font pas office d'amortisseur servant à faire face à des événements déterminants, tel qu'il avait été dit auparavant.
Mais les auteurs se disent conscients du fait que le large éventail des conclusions établies par d'autres chercheurs, aussi différentes les unes des autres, rend difficile toute possibilité d'arriver à une conclusion définitive. Toutefois s'il fallait affirmer une chose avec certitude, selon eux, c'est que le lien entre religion/spiritualité et bien-être psychologique, est probablement très faible, voire inexistant.

Après tout, disent-ils, si la croyance religieuse avait un puissant effet positif sur la santé mentale, la plupart des études le détecteraient.
La montée en flèche du mouvement New Age et d'autres croyances non traditionnelles, et peut-être l'adoption de croyance alternatives telles qu'on peut le voir dans certains systèmes de santé occidentaux, pourraient refléter une quête croissance de sens. Car dans le même temps des religions plus traditionnelles ont perdu beaucoup de terrain.

Une étude effectuée par l'équipe des psychiatres Michael King et Paul Bebbington, publiée dans le 'British Journal of Psychiatry', est arrivée à la conclusion que les personnes spirituelles avaient plus pris de drogues ou été dépendantes que les personnes ni spirituelles ni religieuses. Selon leurs recherches, elles souffraient aussi plus fréquemment d'anxiété généralisée, de phobies ou de névroses.
Le professeur Michael King résume toutes ces recherches en concluant que la spiritualité sans rapport avec la religion était la plus à même d'apporter une vulnérabilité psychologique.

En voyant cette étude, on pourrait se dire que tandis que bon nombre d'humains cherchent leurs réponses dans les sphères les plus élevées, ironiquement , les moins religieux ou spirituels semblent déjà les avoir trouvées.
source : http://www.huffingtonpost.fr/dr-raj-persaud/la-religion-et-la-spiritualite-depression_b_3963728.html?ncid=edlinkusaolp00000009&ir=France

_________________
Like a Star @ heaven "Le total lâcher-prise, la détente complète, c’est comme si vous disiez : « Je suis au terme, j’ai regardé partout, je ne sais pas ».(Jean Klein)
Like a Star @ heaven "Lorsque chacun est son propre roi, personne n’est le roi des autres"
avatar
Atulya
Électron Libre
Électron Libre

Messages : 729
Date d'inscription : 06/08/2013
Localisation : Provisoisrement Terre

http://www.atout-coeur.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La religion et la spiritualité nous rendent dépressifs

Message par Aëlys le Dim 22 Sep 2013, 18:56

Sharanam a écrit:En voyant cette étude, on pourrait se dire que tandis que bon nombre d'humains cherchent leurs réponses dans les sphères les plus élevées, ironiquement , les moins religieux ou spirituels semblent déjà les avoir trouvées.
Les moins spirituels n'ont pas trouvé "leurs" réponses, ils ne se posent juste aucunes questions. Ils dorment. Sleep Encore une étude pour inciter à ne surtout pas se réveiller. Pas du tout orienté. Pfff 
Et comme dit Sol, en totale contradiction avec une multitude d'autres études.

_________________
"Qui regarde à l'extérieur rêve, qui regarde à l'intérieur s'éveille." (CG Jung)

avatar
Aëlys
Électron
Électron

Messages : 260
Date d'inscription : 13/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La religion et la spiritualité nous rendent dépressifs

Message par Atulya le Dim 22 Sep 2013, 18:59

mdr mdr mdr mdr mdr mdr mdr

_________________
Like a Star @ heaven "Le total lâcher-prise, la détente complète, c’est comme si vous disiez : « Je suis au terme, j’ai regardé partout, je ne sais pas ».(Jean Klein)
Like a Star @ heaven "Lorsque chacun est son propre roi, personne n’est le roi des autres"
avatar
Atulya
Électron Libre
Électron Libre

Messages : 729
Date d'inscription : 06/08/2013
Localisation : Provisoisrement Terre

http://www.atout-coeur.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La religion et la spiritualité nous rendent dépressifs

Message par Invité le Lun 23 Sep 2013, 23:06

Étonnant comme résultat, qui vient à point nommé !!!

Il faudrait fouiller dans l'étude :

- les dates ? si le second questionnaire a été passé après le 12/21-12-12, alors, il est évident que tous ceux qui ont attendu la venue des ET ont été déçu et sont tombés dans une dépression

- le public ? si on prend les patients et non le tout-venant, les médécins verront des gens qui iront vers le spirituel pour trouver du réconfort et non ceux qui se réveillent et évitent d'aller voir le médecin

- la compétence des médecins ? les généralistes qualifient souvent un simple coup de blues passager en dépression.

- le diagnostic ? que pensez-vous des critères pour diagnostiquer une dépression :

DSM-V a écrit:Les critères suivants sont ceux du DSM-V tel que proposés par l'American Psychiatric Association. Ceux-ci diffèrent principalement des critères retrouvés dans le DSM-IV-tr par le retrait du critère d'exclusion du deuil et par l'ajout d'une note à ce sujet.

  1. Au moins cinq des symptômes suivants doivent avoir été présents pendant une même période d'une durée de deux semaines et avoir représenté un changement par rapport au fonctionnement antérieur; au moins un des symptômes est soit (1) une humeur dépressive, soit (2) une perte d'intérêt ou de plaisir.
    NB. Ne pas inclure des symptômes qui sont manifestement imputables à une affection générale.

    1. Humeur dépressive présente pratiquement toute la journée, presque tous les jours, signalée par le sujet (sentiment de tristesse ou vide) ou observée par les autres (pleurs).
    2. Diminution marquée de l'intérêt ou du plaisir pour toutes ou presque toutes les activités pratiquement toute la journée, presque tous les jours.
    3. Perte ou gain de poids significatif (5%) en l'absence de régime, ou diminution ou augmentation de l'appétit tous les jours.
    4. Insomnie ou hypersomnie presque tous les jours.
    5. Agitation ou ralentissement psychomoteur presque tous les jours.
    6. Fatigue ou perte d'énergie tous les jours.
    7. Sentiment de dévalorisation ou de culpabilité excessive ou inappropriée (qui peu être délirante) presque tous les jours (pas seulement se faire grief ou se sentir coupable d'être malade).
    8. Diminution de l'aptitude à penser ou à se concentrer ou indécision presque tous les jours (signalée par le sujet ou observée par les autres).
    9. Pensées de mort récurrentes (pas seulement une peur de mourir), idées suicidaires récurrentes sans plan précis ou tentative de suicide ou plan précis pour se suicider.

  2. Les symptômes induisent une souffrance cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel ou dans d'autres domaines importants.
  3. Les symptômes ne sont pas imputables aux effets physiologiques directs d'une substance ou d'une affection médicale générale.
  4. L’épisode ne répond pas aux critères du troubles schizoaffectif et ne se superpose pas à une schizophrénie, à un trouble schizophréniforme, à un trouble délirant ou à une autre trouble psychotique.
  5. Il n’y a jamais eu d’épisode maniaque ou hypomaniaque.
Note: La réponse normale et attendue en réponse à un événement impliquant une perte significative (ex : deuil, ruine financière, désastre naturel), incluant un sentiment de tristesse, de la rumination, de l’insomnie, une perte d’appétit et une perte de poids, peuvent ressembler à un épisode dépressif. La présence de symptômes tels que sentiment de dévalorisation, des idées suicidaires (autre que vouloir rejoindre un être aimé), un ralentissement psychomoteur, et un altération sévère du fonctionnement général suggèrent la présence d’un épisode dépressif majeur en plus de la réponse normale à une perte significative.
Si une dépression majeure est diagnostiquée une prise en charge médicale est de mise.
Par défaut, 2-4-6-9 seront cochés, surtout sur une période de 15 jours. Et l'arrêt de l'attention que nous prêtons à la chose matérielle nous fera sûrement coché le 1, surtout si des proches nous trouvent "absents" et le rapportent au médecin.

Voilà, je crois que je suis aussi dépressif !

Une mesure plus physiologique aurait été plus adéquate, comme le taux de sérotonine dans le cerveau (plus bas chez les dépressifs)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La religion et la spiritualité nous rendent dépressifs

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum