Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Irma n’était que le début d’une vague de cataclysmes sans précédent
Hier à 23:06 par Foudre

» News septembre 2017
Mar 12 Sep 2017, 19:17 par Foudre

» Bruno Clavier - Les fantômes familiaux
Lun 04 Sep 2017, 13:23 par Foudre

» Le scandale de la maladie de Lyme en France (Pétition Lyme sans frontières)
Dim 03 Sep 2017, 18:49 par Foudre

» Pétage de plombs en direct à la Ju'light
Dim 20 Aoû 2017, 12:39 par Foudre

» Roger Waters (Pink Floyd) balance tout !
Sam 19 Aoû 2017, 11:45 par Foudre

» La Guerre secrète des illuminatis et de la Franc maçonnerie contre les peuples ( NWO )
Mar 15 Aoû 2017, 15:52 par Foudre

» 11 septembre
Sam 05 Aoû 2017, 17:12 par Foudre

» L’initiation luciférienne
Ven 04 Aoû 2017, 20:30 par Foudre

» L’avancement
Jeu 03 Aoû 2017, 22:06 par Foudre

» Un discours magistral du député insoumis Bastien Lachaud sur l'oligarchie !
Mer 02 Aoû 2017, 23:21 par Foudre

» Loïc eveil conscience
Mer 02 Aoû 2017, 21:20 par Foudre

» Laura Marie
Lun 31 Juil 2017, 21:52 par Foudre

» Boris Cyrulnik - La mémoire traumatique
Mar 20 Juin 2017, 20:15 par Foudre

» Natacha Polony virée des médias ! On comprend pourquoi...
Mar 20 Juin 2017, 12:44 par Foudre

» Ce test vous dira ce que vous avez de caché dans le subconscient !
Dim 18 Juin 2017, 12:01 par Foudre

» Analyse des élections présidentielles 2017
Dim 18 Juin 2017, 00:15 par Foudre

» Attali : « Les élus n’ont plus de pouvoir et voici votre avenir » - Effrayant !
Sam 10 Juin 2017, 09:58 par Foudre

» Ramadan : 5 conseils pour jeûner sans danger et rester en forme ???
Dim 28 Mai 2017, 19:37 par Foudre

» La franc-maçonnerie est-elle une secte diabolique ? (Johan Livernette)
Mar 18 Avr 2017, 15:00 par Foudre

» Débarrassez-vous de la plaque dentaire et de la mauvaise haleine juste en utilisant un seul ingrédient purement naturel
Mar 11 Avr 2017, 15:44 par Foudre

» Laurent Dureau (7d12d.fr)
Lun 10 Avr 2017, 13:21 par Foudre

» Frappes US en Syrie : 34 des 59 missiles Tomahawk interceptés ?
Dim 09 Avr 2017, 23:37 par Foudre

» Un aperçu des énergies de l'année 2017
Dim 09 Avr 2017, 21:34 par Foudre

» Gabrielle Isis
Dim 09 Avr 2017, 21:33 par Foudre

» Le Daily Mail retire un article sur le plan US d’organiser une attaque chimique en Syrie
Ven 07 Avr 2017, 21:35 par Foudre

» L'Arnaque des Sondages : Les Vrais pour les Elites, les Truqués pour les Peuples
Jeu 06 Avr 2017, 13:04 par Foudre

» Philippe Pascot en sait trop...
Jeu 30 Mar 2017, 15:31 par Foudre

» Taux vibratoire: conséquences physiques du changement
Jeu 30 Mar 2017, 15:17 par Foudre

» Les 10 traits de caractères qui empoisonnent la vie des adultes surdoués
Mer 29 Mar 2017, 23:50 par Foudre


P'tit conte loufoque de moi :-)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

P'tit conte loufoque de moi :-)

Message par Atulya le Sam 05 Oct 2013, 15:27

En route vers Atulya
 
Il était une fois, il y a bien, bien longtemps, un couple de nobles vieillards, le comte et la comtesse de la Barmondière qui demeuraient dans un immense château quelque part sur les collines en bord de Saône, dans le Lyonnais.
Pour une raison que j'ignore ces châtelains devaient quitter leur demeure ancestrale et les préparatifs du déménagement étaient en cours. Ce n'étaient partout que caisses, malles, valises et autres cartons à chapeaux en vue de cet exil.

Un soir la comtesse se rendit dans la grande salle d'apparat où elle avait fait remiser - dans l'attente du déménagement et pour être sûre qu'il ne leur arrive rien de fâcheux - les cartons où se trouvaient ce qu'elle appelait ses trésors et les meubles qu'elle voulait faire suivre dans leur nouvelle demeure, beaucoup plus petite, hélas !
Elle s'assit dans une bergère et se prit à rêver au temps de la splendeur de ce château qu'elle aimait tant... tout en contemplant le feu dans la cheminée.
C'est alors qu'elle entendit un drôle de bruit semblant venir de l'un des cartons. Quelque chose bougeait à l'intérieur de l'un d'eux. Madame la comtesse n'était pas du genre à s'affoler pour un rien mais, là, tout de même, elle manifesta une certaine surprise !

Que ce pouvait-il être ? Elle attendit tout en prêtant l'oreille plus attentivement et en épiant les cartons : elle espérait localiser le trublion. Un bon moment s'écoula avant qu'elle ne remarque un léger mouvement : un carton bougeait ! Saperlipopette ! Sa curiosité piquée au vif, elle attendit la suite des événements, prête toutefois à tirer sur le cordon au cas où elle aurait besoin de secours !

Elle n'eut pas à attendre longtemps ! Elle resta pétrifiée dans sa bergère quand elle entendit un horrible grognement en même temps qu'elle vît le carton littéralement exploser et un monstre en surgir !
Grands Dieux ! Madame ne pouvait même pas crier tant sa peur était grande ! Portant ses mains à son visage, en dérisoire protection, elle regardait entre ses doigts cette chose effrayante - là - devant elle !

Cette chose était bleue et continuait à grandir, grandir sous ses yeux ! Elle se trouvait en face d'un dragon bleu en train de devenir gigantesque ! Miséricorde ! Par tous les saints du paradis ! D'où pouvait-il sortir ?
Bien sûr, elle avait entendu parler des dragons rouges, terribles cracheurs de feu... mais celui-là était bleu ! Elle manqua s'évanouir quand elle se souvint avoir emballé dans les cartons ici présents un de ses bibelots préférés que son mari lui avait rapporté d'un voyage en Inde : un dragon en lapis lazulli !

Et voilà que le monstre était exactement du même bleu que son bibelot ! En le regardant mieux elle se rendit compte qu'il lui ressemblait comme deux gouttes d'eau, à part la taille qui franchement devenait inquiétante même pour une femme de sa trempe !
Il n'avait pas l'air agressif. Il se contentait de balancer sa tête de droite à gauche et de gauche à droite, dans un soufflement rauque. Comme elle n'avait pas bougé d'un pouce, la bête n'avait pas encore repéré la comtesse, mais ce ne pouvait tarder et alors là .....Misère ! Qu'allait-il lui faire ? Elle se recroquevilla le plus possible dans son fauteuil et le regarda plus en détails. Il n'y avait aucun doute ! C'était bien son bibelot qui prenait vie devant elle !
Prenait ou reprenait vie ?

Les traces d'or du lapis lazulli se retrouvaient maintenant sur la bête et irisaient délicatement sa carapace et ses ailes repliées. Ses yeux vert émeraude étaient eux aussi tachetés d'or. Une langue immense, d'un bleu presque turquoise pendait de sa bouche comme celle d'un chien qui a trop chaud.
Tout un défilé de questions passait dans la tête de la vieille dame :
Que devait-elle faire ? Pourquoi ce dragon en pierre précieuse se métamorphosait-il maintenant ? Que voulait-il ? Questions sans réponse bien évidemment !

Elle continua de l'observer, sans bouger et retenant le plus possible sa respiration.
Le curieux manège auquel se livrait l'animal l’intriguait au plus haut point. Ce qu'elle avait pris pour des balancements de tête incohérents semblait prendre un sens. Le dragon cherchait quelque chose ! Finalement il se dirigea vers un carton précis.
Boum ! Boum ! Boum ! Ses pas sur le plancher marqueté de la salle faisaient tout trembler autour de lui.

Arrivé au carton repéré à l'odorat, d'un lourd coup de patte il l'éventra et tout son contenu se répandit sur le sol. Par chance, ce carton ne contenait que des livres - souvenirs de sa fille décédée très jeune - auxquels elle tenait énormément.
Est-ce que le dragon bleu saurait lire ? pensa-t-elle, ayant perdu tout sens des réalités. Elle s'ébroua un peu dans sa bergère pour se ramener sur terre. Maintenant la bête fouillait dans les livres à grands coups de pattes.
Les livres valdinguaient dans la pièce au grand dam de la comtesse !

Enfin il s'arrêta sur l'un d'eux ; c'était un conte pour enfants qu'elle reconnut avec émotion. Le titre : Diki
Il avait une couverture cartonnée d'un joli bleu clair sur laquelle une ravissante et toute jeune princesse offrait son plus beau sourire. Un rouge gorge, Diki, était posé dans ses cheveux relevés en un gracieux chignon d'où s'échappaient quelques fins rubans aux couleurs pastel. Il y avait quelque chose de très aérien dans cette image.

Madame se rappela combien sa fille Angelica aimait ce livre et à la pensée que ce monstre préhistorique pourrait le déchiqueter elle sentit la colère gronder sourdement en elle.
Quelle ne fut pas sa surprise quand elle vit Bluedrag - elle l'avait baptisé ainsi ! - prendre délicatement le livre dans sa gueule et le poser sur un guéridon à côté de lui ! Là, il l'ouvrit presque tendrement

Comtesse n'en revenait pas !
Comment un tel monument de lourdeur pouvait-il se montrer si délicat ?

Décidément, le premier choc passé, l'aventure devenait passionnante pour cette si vieille dame dont l'existence était devenue bien monotone ! Qu'allait-il se passer maintenant ?

Bluedrag feuilleta Diki jusqu'à la double page centrale où l'on pouvait voir la princesse en robe vaporeuse et un magnifique jeune homme en pourpoint bleu indigo, dans la prairie d'un parc, accompagnés de Diki... Toujours les fins rubans qui flottaient dans la brise légère et Diki qui voletait tout autour de la jeune fille.

A ce moment, un terrible grondement de Bluedrag fit sursauter la comtesse et tintinnabuler le lustre en cristal. Elle le vit se dresser sur ses pattes arrières, lever ses pattes avant vers le ciel comme pour une prière et... mon Dieu ! Vous n'allez pas me croire ! Le dragon parla à la jeune fille du livre, mais comtesse ne comprit pas son langage.
Tout à fait fascinant ! Holalalala ! Quand elle racontera son aventure à son époux... la croira-t-il ?
Elle espéra de toutes ses forces qu'il n'entrât pas dans la pièce parce que, à coup sûr, il sortirait sa pétoire et c'en serait fini de ses hôtes surprenants ! Et la comtesse voulait connaître la suite des événements !

Alors un nouveau phénomène stupéfiant se produisit.

La jeune fille - Dividja, la dame se souvenait maintenant de son nom - trembla un peu dans sa page, s'étira comme au sortir d'un rêve, puis, le plus naturellement du monde, sauta avec grâce sur le plancher et s'avança vers le dragon tout en grandissant à une vitesse ahurissante !

Palsambleu ! Un dragon et maintenant une princesse dans mon salon ! Ce n'est pas possible je dois rêver ! Elle se pinça mais... les deux personnages étaient bien réels, là, devant ses yeux écarquillés !
Pour l'heure, les deux créatures avaient l'air très heureux de se retrouver et s'étaient lancées dans un grand conciliabule auquel elle ne comprenait rien. Elle comprenait d'autant moins que seule Dividja utilisait la parole pour communiquer avec Bluedrag ; quant à lui, il semblait lui répondre sur le mode télépathique. De toutes ses forces elle essaya de capter les pensées de Bluedrag mais seules quelques-unes lui parvenaient. Finalement elle crut comprendre de quoi il retournait.

Une fois encore elle fut consciente de l'énormité de ce qu'elle avait capté ! Jugez en par vous-même !

Dividja demandait à Bluedrag de redonner vie au jeune homme du livre, Lakato, son amoureux, sa flamme jumelle et apparemment ce n'était pas possible parce qu'il n'était plus là ; il aurait été enlevé par des E T pas très sympathiques à des fins de reproduction sur leur planète ; il avait réussi à s'échapper et grâce à l'aide providentielle d'autres E T très évolués il fut emmené sur la planète Atulya où il résiderait actuellement...

Comtesse était ahurie et s'attendait à voir débarquer dans son salon - d'elle ne savait quel OVNI - Lakato devenu atulyen... Plus rien ne saurait l'étonner à présent !!!
Mais rien de tel ne se passa...

Bluedrag et Dividja étaient en train d'évoquer des souvenirs de temps très anciens où les dragons bleus vivaient en toute liberté et transportaient les humains lors de fabuleux voyages intergalactiques. Et Bluedrag était en quelque sorte le chauffeur attitré de Dividja ... Il était question de la Lémurie ou de quelque chose comme ça.... Parfois ils partaient dans des fous rires interminables, Dieu seul sait pourquoi ! Enfin Comtesse crut comprendre qu'ils avaient décidé de se rendre sur Atulya rejoindre Lakato... En franchissant des portes spatio-temporelles ils seraient vite arrivés. Ils allaient se reposer un peu et partiraient dans l'après-midi. Et les deux visiteurs s'endormirent sur les tapis, Dividja blottie entre les pattes de Bluedrag.

Vision surréaliste au possible pour notre chère comtesse, mais tellement attendrissante !!!!
En fait, elle était aux anges, notre vieille dame. Elle n'avait jamais passé une matinée aussi divertissante.

Elle décida de se reposer elle aussi. C'est alors qu'elle fut prise d'un chatouillis picotant dans le nez et ne put retenir une série d'éternuements... Atchoum ! Atchoum ! Atchoum ! Comtesse sortit son petit mouchoir en baptiste agrémentée de dentelles et se moucha avec élégance mais non sans bruit....
Aïe ! Aïe ! Se dit-elle ! Cette fois je vais être repérée !! Mon Dieu, mes amis anges gardiens... protégez-moi ! Lança-t-elle dans l'univers.

Effectivement, réveillés par ces bruits, Bluedrag et Dividja se levèrent d'un bond, scrutant la pièce de leurs yeux perçants :

Qui est là ? Demandèrent-ils ensemble.

Comtesse littéralement ratatinée dans sa bergère n'osait même plus respirer, son coeur battait à tout rompre et il n'était pas question de tirer sur le cordon sans se faire voir !!! Holalalala ! Holalallalaaa... Bonne Mère ! Au secours !
Boum ! Boum ! Boum ! Les pas de Bluedrag sur le plancher
Tic ! Tic ! Tic! Les talons de Dividja la trotte-menu, en écho.

Comtesse a mis ses mains - une fois de plus - sur son visage, mais cette fois, elle les tient bien serrées : elle ne veut rien voir ! Elle a bien trop peur de finir dans une mort atroce, broyée d'un coup de pattes de Bluedrag....
Maintenant, elle sent sur elle le souffle brûlant de la bête... Dans une prière désespérée, elle confie son âme à Dieu et se prépare à son inévitable trépas.
Rien ne se passe.

Comtesse écarte prudemment ses doigts et voit avec stupéfaction Dividja et Bluedrag la regarder avec un sourire plein de tendresse.
« Bonjour madame la comtesse !
- Bonjour chère amie ! »
Avec dans leurs yeux tout l'amour du monde.

Et les voilà tous deux s'inclinant devant elle dans une révérence digne de la cour des plus grands rois.

Abasourdie, Comtesse répond à leur salutation du mieux qu'elle peut
Elle ne comprend plus rien ! Pourquoi agissent-ils ainsi ?
Elle est tout de même fichtrement rassurée : elle ne sera pas déchiquetée par le dragon !!! En tous cas, pas tout de suite ! Ouf ! Elle pousse un grand soupir de soulagement
« Heu ! dit-elle d'une voix encore tremblante, nous connaissons-nous ?
­Oh ! Mamita ! Si on se connaît ? dit Dividja
­ Oh ! Ma comtesse adorée ajouta Bluedrag

Allons bon ! Comtesse adorée... avait dit le dragon ! Mais c'est insensé !!! Bien sûr, elle aimait beaucoup son dragon bibelot et en prenait grand soin. Parfois même, elle lui parlait tout en le caressant ; elle aimait le contact du lapis lazulli ; oui, elle se souvint - en rougissant - lui avoir fait des confidences un peu intimes...

Et cette petite qui l'appelait Mamita... Un souvenir... Des larmes perlent à ses yeux... c'est ainsi que l'appelait sa fille Angelica lorsqu'elles jouaient toutes les deux à la dînette ou quand elle lisait Diki à son Angelica pour l'endormir ; elles avaient toutes deux l'habitude de caresser les images des personnages tant elles les trouvaient beaux et émouvants. Elles leur souhaitaient beaucoup de bonheur et tout et tout...

Lentement Comtesse commença à comprendre ce qui se passait

Ces deux êtres magiques la remerciaient pour l'amour qu'elle leur avait donné alors qu'ils n'étaient que figurine sur une étagère ou image dans un livre et lui offraient le leur, maintenant que cela leur était possible...

Complètement subjuguée, éperdue de tendresse elle pleura d'amour et de gratitude pour sa fille Angelica. Comtesse était persuadée que c'était elle, qui, depuis le paradis, lui envoyait ce message d'amour. Comment s'y était-elle pris ? Elle n'en avait pas la moindre idée et elle s'en fichait royalement !

Et le plus simplement du monde elle aima ces deux créatures surnaturelles et leur sourit, toute peur disparue à présent. C'est alors que Dividja lui fit une proposition incroyable !
« Viens avec nous sur Atulya rejoindre Lakato ! Ce sera merveilleux ! Bluedrag est d'accord pour nous transporter toutes les deux.
­Mais... mais... ce n'est pas possible ! Je suis bien trop vieille pour une telle expédition !
­ Non ! Mamita ! L'âge n'a aucune importance ! Il faut seulement que Bluedrag te prépare, ajuste tes énergies mais ne t'inquiète pas, c'est très simple et même agréable. Tu vas te sentir toute légère et tellement joyeuse ! D'ailleurs, lui et moi devons en faire autant...
­Hum !! Hum !!! J'en ai bien envie, vous savez, les enfants ! Mais... mon mari ? Que va-t-il devenir si je m'en vais ?
­Mamita, il ne s'en apercevra même pas !
­Ah ?
­Selon le temps terrestre tu ne seras absente que quelques heures mais selon le temps atulyen tu seras là bas pendant 3 ans...
­Et... heu…Comment pourrai-je revenir si vous, vous restez sur cette planète ?
­Bluedrag te ramènera, évidemment !

­Holalalala ! C'est complètement fou et terriblement excitant ! Bon ! C’est d'accord ! Je pars avec vous, dit la comtesse en riant. »

Alors commença le travail de préparation. Bluedrag entra en méditation et de bleu qu'il était devint doré comme un soleil et ses yeux comme deux diamants. Les ailes du dragon se déployèrent tout en devenant lumière argentée. Le dragon respira sept fois profondément et à chaque respir, sa lumière devenait plus brillante, plus vibrante...

Quelle splendeur ! Comtesse en devint muette d'admiration. Elle n’aurait jamais imaginé que son bibelot cachait un tel trésor : un dragon bleu doué de grands pouvoirs…
Puis progressivement, Bluedrag reprit son apparence bleue pailletée d'or, comme si rien ne s'était passé.

Ensuite, le dragon s'occupa de Dividja. Il lui toucha un point sur la tête et un autre sur le front et elle aussi devint lumière dorée nimbée d'argent. Et tout sembla rentrer dans l'ordre pour elle aussi.

« A ton tour Mamita ! »
Comtesse n'eut pas le temps de demander en quoi consistait cette préparation ! Elle sentit dans son corps, montant et descendant à une vitesse vertigineuse, une sorte de spirale d'énergie, comme un accélérateur de molécules ou je ne sais quoi y ressemblant... Tout en elle s'est mis à vibrer, vibrer, vibrer... Elle eut un peu la nausée et mal à la tête, se vit toute lumineuse puis comme pour les deux autres elle redevint normale ou du moins le crut-elle ! Ses amis lui expliquèrent que cette préparation allait permettre à son corps de supporter la vitesse inimaginable à laquelle ils allaient voyager dans l'espace et aussi de franchir sans dommage des portes spatio-temporelles.

Toujours est-il que Comtesse se sentait particulièrement euphorique et aussi légère qu'une plume. Elle se mit à rire, rire comme jamais de sa vie ! Elle s'arrêta net quand elle vit au milieu du front de Dividja une sorte d'étoile à cinq branches clignotant très lentement, alternativement dorée et bleu saphir ! Dividja lui dit qu'elle aussi avait ce signe magnifique. C'est un moyen très sophistiqué pour communiquer sans avoir recours au langage, c'est aussi une possibilité d'accès illimité à des informations de toutes sortes ; c'est également un signe de reconnaissance pour les atulyens et bien d'autres choses encore... !
Wahooooooooo
!!!!

Comtesse remarqua en effet que Dividja ne lui parlait pas en lui donnant toutes ces explications et il en allait de même pour elle quand elle lui répondit. Redevenant la frivole d'autrefois, elle demanda à Dividja si ce clignotant la rendait aussi belle qu'elle ? Elle repartit dans son fou rire...

Bluedrag et Dividja la regardaient, un peu inquiets : Et si l'expérience était trop forte pour elle ? Et si cela allait la rendre folle ? Et si elle en mourait en cours de route ? Des et si ? Et si ? Comme s'il en pleuvait que captait la comtesse avec son étoile... Mais Comtesse riait de plus belle ! Et finalement tout rentra dans l'ordre... Il avait fallu un peu de temps à son corps pour réorganiser un équilibre et le rire lui avait permis d'évacuer avec élégance tout ce qui n'était pas aligné sur ses nouvelles vibrations. Et en 112 ans... il s'en était accumulé des énergies à lourdeur freinante, vous pensez bien !!!

Le trio était fin prêt pour le décollage. Dividja ouvrit la porte monumentale qui donnait sur l'allée cavalière du parc. Bluedrag sortit, suivi de Mamita puis de Dividja, une fois la porte refermée. Mamita s'installa à califourchon sur le dos de Bluedrag et Dividja se cala derrière elle en l'enserrant de ses bras.

« Vous êtes prêtes, les filles ?
­Oui, Bluedrag

Alors le dragon se mit à courir le long de l'allée cavalière et le fabuleux équipage décolla avec une belle aisance. Diki, arrivé je ne me souviens plus comment, voletait au-dessus d'eux...

Les arbres de l'allée regardaient - branches bées - en échangeant des commentaires :
« Mais vous avez vu ça ?
­C'était quoi ce truc ?
­ Il m'a arraché plein de feuilles à moi ! La vache !
­On dirait qu'il s'en passe de belles au château !
­Té ! regardez un peu le sol ! l’avion bleu à pattes a tout défoncé ! Le jardinier va piquer une de ces crises ! »

Pendant ce temps, Bluedrag avait pris sa vitesse de croisière et se trouvait déjà à des années lumière de la Terre.
Diki avait rejoint ses deux femmes préférées et s’était niché dans le giron de Dividja. Ce fut l’occasion de grandes effusions. Ah ! Oui ! Quelles retrouvailles ! Les “cui-cui” et les “pia-pia” télépathés fusaient sous les ailes de sécurité de Bluedrag…Que d’émotions ! Que d’émotions !

L'expédition intra stellaire se poursuivait sans encombre. Bluedrag évitait de main de maître les météorites, satellites et autres objets plus ou moins bizarres qui se baladaient dans la stratosphère. Parfois Bluedrag croisait un de ses congénères Taxis des Étoile" ; ils se saluaient à l'aide de leur étoile frontale et se donnaient rendez-vous à Telos pour de plus amples retrouvailles, une fois leurs missions accomplies.

Bluedrag était fou de joie à l'idée de revoir ses frères de la "Bluedragon's Confrery" et s'offrait le luxe de moult loopings dans l'espace intersidéral, ce qui faisait hurler de peur notre comtesse et rire Dividja.

Enfin, la planète Atulya fut en vue ! Majestueuse planète d'un brillant incomparable dans son splendide bleu argenté. Bluedrag ralentit un peu afin d'arriver en douceur chez  ses amis atulyens et aussi pour mieux jouir du spectacle. Peu avant leur départ du château, il avait averti un des gardiens de la planète de leur arrivée en donnant le motif de leur venue.

Normalement Lakato devait être informé de la visite de sa belle Dividja, mais sait-on jamais ? Bluedrag n'était jamais venu sur cette planète et en ignorait les codes de conduite. Il valait mieux être prudent... et il envoya des signaux pour demander l'autorisation de se poser.
Autorisation accordée !

« Préparez-vous belles dames ! Je me pose ! »
Quelques secousses au moment où le dragon posa ses pattes sur le sol, quelques autres quand il courut avant de s'arrêter tout à fait. Bluedrag déverrouilla ses ailes de sécurité libérant ainsi Mamita et Dividja. Toutes deux sautèrent joyeusement sur le sol d'Atulya. Diki s'accorda un petit vol de reconnaissance pour se dégourdir les ailes.

Ils étaient tous les trois un peu étonnés de la consistance vaguement caoutchouteuse du sol et de l'atmosphère un peu feutrée de l'endroit où ils se trouvaient. Ils étaient sur une sorte de plate-forme circulaire bordée de ce qui pourrait s'appeler des lampadaires en langage terrien. La lumière provenait d'énormes diamants et semblait s'auto générer. Les facettes des diamants répandaient une délicate lumière iridescente du plus bel effet. Plus tard nous verrons que tous les espaces publics étaient éclairés de cette façon. Nous comprîmes pourquoi quand nous ressentîmes l'effet apaisant et régénérant de cette lumière adamantine.

Deux hommes, membres de la garde atulyenne, étaient là pour nous accueillir et nous guider jusqu'à Lakato. Ils nous firent monter dans leur "métro" - un long ruban volant sans interruption à quatre ou cinq mètres environ au-dessus du sol et suivant le tracé des rues ! Comtesse jouait de l'apesanteur comme une pro et n'eut aucune difficulté à s'installer sur ce ruban flottant
Notre trio toujours accompagné de Diki observait la multitude d'atulyens confortablement installée. Tous étaient vêtus de longues robes aux couleurs chatoyantes parfaitement harmonisées à la couleur bleutée de leur peau. Ils n'avaient pas de système pileux donc pas de chevelure et se montrèrent respectueusement intrigués par la nôtre. Ils étaient tous d'une grande beauté et d'une apparence plutôt jeune. Aucun ne semblait avoir plus de 35 ans.... Nous échangeâmes des sourires et d'aimables propos par le truchement de nos étoiles frontales.

Nous observions la ville au-dessous de nous : une joyeuse animation dépourvue d'agitation voilà l'impression que ressentit Comtesse !
« Nous sommes arrivés dit un des gardes. Préparez-vous à descendre ! »
En moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, nos amis se retrouvèrent en face d'une magnifique demeure ronde faite de topaze et de cristal. Un jeune homme se trouvait sur le seuil.

Dividja s'élança, les bras grand ouverts, en criant Lakaaaaaaatoooooooooooo !!!! Lakato - c'était bien lui - n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit ! Dividja était là, dans ses bras, sanglotant de bonheur.
« Je t'ai retrouvé ! Je t'ai retrouvé ! Hoquetait-elle... »

N'écoutant que son coeur, Lakato referma ses bras sur sa bien aimée, la couvrit de baisers tout en pleurant lui aussi. Diki ne voulant pas être en reste, vint délicatement picorer le visage de Lakato pour lui manifester sa joie... Comtesse sortit son mouchoir de fine batiste pour sécher les larmes qui perlaient à ses yeux devant une telle merveille ! Les gardes atulyens observaient la scène avec l'indulgence de parents face à leurs enfants un peu trop exubérants :

« Ah ! Ces humains ! Incorrigibles sentimentaux émotifs ! » Semblait dire leur regard !

Comtesse crut y lire aussi une pointe d'envie....

Lakato fit entrer ses amis dans sa demeure et les conduisit à leurs chambres toutes aussi magnifiques et spacieuses les unes que les autres. Celle de Dividja était octogonale et tapissée d’un belle étoffe moirée couleur paille claire. Au sol, une épaisse moquette lilas. Appuyé sur un des huit panneaux, face à la baie vitrée, un imposant lit circulaire recouvert d’un lourd velours lilas lui aussi. De nombreux coussins aux couleurs assorties donnaient à ce lit un air très “mille et une nuits” A côté de la porte d’entrée, une autre porte donnait sur une vaste salle de bains au luxe inimaginable ! Dans la penderie, des vêtements – de tradition atulyenne - d’une grande beauté, d’une suprême élégance étaient là, à la disposition de Dividja. Il en allait de même pour la Comtesse.

Rendez-vous fut donné pour le grand repas de fête suivi d’un spectacle surprise, organisés par Lakato pour les retrouvailles avec celle qu’il aimait depuis toujours.
 
……………………………
 
Pendant ce temps, là-bas sur terre, Adrien cherchait son épouse dans le château… « Margueriiiiiiteeeee ! ! ! Margueriiiiteeeee ! ! ! ! »

 N’obtenant aucune réponse, il commençait à s’inquiéter quand lui vint l’idée d’aller voir dans la salle d’apparat.
Un carton éventré sur le tapis l’intrigua… Par terre, le bibelot en lapis-lazuli, des livres de leur fille décédée, des bibelots… Que s’est-il passé ici se demanda-t-il ? Et où peut bien être Marguerite ?

Enfin, il l’aperçut et poussa un ouf de soulagement ! La comtesse dormait, lovée dans la bergère. Sur son visage, une expression de pur bonheur le fit sourire. Il la contempla avec tendresse un long moment. Mon Dieu ! ! Comme il l’aimait sa comtesse !

Il s’approcha d’elle et déposa un doux baiser sur son front. Marguerite murmura des mots incompréhensibles et parmi eux il crut entendre Lakato, Bluedrag….

« Marguerite ! Réveille-toi ! Le repas est prêt !
­Hum mmPfffffff... Rooooogneeu
­Marguerite ! »

Il la secoua légèrement par les épaules
Comtesse ouvrit les yeux et ne reconnut pas son mari tout d’abord…
Elle ne reconnut pas non plus où elle se trouvait…
Elle regardait autour d’elle… complètement hébétée

« Ma chérie, est-ce que ça va ?
­Oh ! Adrien ! C’est toi ?
­Qui veux-tu que ce soit ?
­Je ne devrais pas être ici en ce moment…
­Mais, que dis-tu ? Tu es chez toi ici, chez nous… »

Comtesse resta en silence un moment, s’ébroua un peu et se leva de la bergère et sourit à Adrien.

« J’étais dans le rêve le plus étrange de ma vie ! Je te le raconterai pendant que nous dînerons »

Adrien prit Marguerite par la taille. Elle s’appuya contre l’épaule de son compagnon et tous deux se dirigèrent vers la salle à manger où les attendait un délicieux repas… on ne peut plus terrestre, pensa Comtesse dans un sourire. 

C.C.
(Tous droits réservés)

_________________
Like a Star @ heaven "Le total lâcher-prise, la détente complète, c’est comme si vous disiez : « Je suis au terme, j’ai regardé partout, je ne sais pas ».(Jean Klein)
Like a Star @ heaven "Lorsque chacun est son propre roi, personne n’est le roi des autres"
avatar
Atulya
Électron Libre
Électron Libre

Messages : 729
Date d'inscription : 06/08/2013
Localisation : Provisoisrement Terre

http://www.atout-coeur.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: P'tit conte loufoque de moi :-)

Message par Hinde le Sam 05 Oct 2013, 20:23

Très joli conte bisouscoeurs
avatar
Hinde
Ange Gardien/Modo
Ange Gardien/Modo

Messages : 614
Date d'inscription : 16/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: P'tit conte loufoque de moi :-)

Message par Absiamer le Jeu 17 Oct 2013, 21:28

Magnifique et enchanteur
Merci Wink
avatar
Absiamer
Ado électron
Ado électron

Messages : 77
Date d'inscription : 27/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: P'tit conte loufoque de moi :-)

Message par Atulya le Jeu 17 Oct 2013, 22:13

MERCI1 arbrecoeur

_________________
Like a Star @ heaven "Le total lâcher-prise, la détente complète, c’est comme si vous disiez : « Je suis au terme, j’ai regardé partout, je ne sais pas ».(Jean Klein)
Like a Star @ heaven "Lorsque chacun est son propre roi, personne n’est le roi des autres"
avatar
Atulya
Électron Libre
Électron Libre

Messages : 729
Date d'inscription : 06/08/2013
Localisation : Provisoisrement Terre

http://www.atout-coeur.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: P'tit conte loufoque de moi :-)

Message par Shabnam le Ven 18 Oct 2013, 00:17

J'ai pu terminer ma lecture, magnifique en effet !!!

_________________


avatar
Shabnam
Électron Libre
Électron Libre

Messages : 723
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Arras

Revenir en haut Aller en bas

Re: P'tit conte loufoque de moi :-)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum