Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Joël Ducatillon
Hier à 23:00 par Foudre

» Epigénétique - Effet Maharishi (Preuves Scientifiques)
Mar 16 Jan 2018, 21:39 par Foudre

» Méfiez-vous des gens spirituels
Dim 14 Jan 2018, 15:52 par Foudre

» Facebook supprime les pages d'Alain Soral et de son association Egalité et Réconciliation
Jeu 21 Déc 2017, 22:19 par Foudre

» L' oscillateur multi - ondes de Georges Lakhovky
Mar 12 Déc 2017, 12:47 par Foudre

» Calogero Grifasi : information, libération et déparasitage sous hypnose
Dim 10 Déc 2017, 16:57 par Foudre

» On nous empoisonne : la guerre secrète contre les Peuples
Sam 09 Déc 2017, 20:02 par Foudre

» Comment Londres et Wall Street ont mis Hitler au pouvoir ?
Sam 02 Déc 2017, 23:19 par Foudre

» Joëlle Hugues
Lun 27 Nov 2017, 17:44 par Foudre

» Détoxifier l'aluminium et le mercure, les 7 vaccins les plus toxiques
Sam 25 Nov 2017, 19:55 par Foudre

» La thérapie quantique
Lun 20 Nov 2017, 13:46 par Foudre

» Le scandale de la maladie de Lyme en France (Pétition Lyme sans frontières)
Mer 08 Nov 2017, 23:25 par Foudre

» "Les vaccins servent à affaiblir le peuple" - Docteur Ploncard d'Assac
Lun 06 Nov 2017, 23:35 par Foudre

» Que sont les chemtrails ?
Ven 03 Nov 2017, 10:01 par Foudre

» Antidotes homéopathiques aux vaccins
Mer 01 Nov 2017, 00:41 par Foudre

» Laura Marie
Jeu 19 Oct 2017, 16:07 par Foudre

» 11 septembre
Jeu 19 Oct 2017, 13:31 par Foudre

» La puissance cachée de la musique et ses pouvoirs - Michel Gautier
Sam 07 Oct 2017, 13:04 par Foudre

» Les prophéties 2017 d'un magazine pour les initiés
Mar 03 Oct 2017, 13:34 par Foudre

» Il existe 12 types de travailleurs de lumière qui transforment l’esprit humain!
Lun 25 Sep 2017, 20:35 par Foudre

» La dernière blague de nos amis les Rothschild : la dernière UNE de The Economist
Dim 24 Sep 2017, 14:13 par Foudre

» Irma n’était que le début d’une vague de cataclysmes sans précédent
Jeu 21 Sep 2017, 23:06 par Foudre

» News septembre 2017
Mar 12 Sep 2017, 19:17 par Foudre

» Bruno Clavier - Les fantômes familiaux
Lun 04 Sep 2017, 13:23 par Foudre

» Pétage de plombs en direct à la Ju'light
Dim 20 Aoû 2017, 12:39 par Foudre

» Roger Waters (Pink Floyd) balance tout !
Sam 19 Aoû 2017, 11:45 par Foudre

» La Guerre secrète des illuminatis et de la Franc maçonnerie contre les peuples ( NWO )
Mar 15 Aoû 2017, 15:52 par Foudre

» L’initiation luciférienne
Ven 04 Aoû 2017, 20:30 par Foudre

» L’avancement
Jeu 03 Aoû 2017, 22:06 par Foudre

» Un discours magistral du député insoumis Bastien Lachaud sur l'oligarchie !
Mer 02 Aoû 2017, 23:21 par Foudre


Barbara ~ "l'Aigle Noir" (1974)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Barbara ~ "l'Aigle Noir" (1974)

Message par Atulya le Ven 04 Avr 2014, 22:59


Que du bonheur !
  coeurdefile  coeurdefile 
avatar
Atulya
Électron Libre
Électron Libre

Messages : 729
Date d'inscription : 06/08/2013
Localisation : Provisoisrement Terre

http://www.atout-coeur.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara ~ "l'Aigle Noir" (1974)

Message par Hinde le Ven 04 Avr 2014, 23:02

Ah magnifique !  cheers 
avatar
Hinde
Ange Gardien/Modo
Ange Gardien/Modo

Messages : 614
Date d'inscription : 16/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara ~ "l'Aigle Noir" (1974)

Message par Invité le Dim 06 Avr 2014, 20:45

Elle est quand même magnifique cette chanson. Barbara a bien fait de transcender sa douleur.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara ~ "l'Aigle Noir" (1974)

Message par Pepejul le Dim 06 Avr 2014, 20:56

J'espère bien que le viol ce n'est le truc de personne ici !

_________________
La petite flamme brille mieux dans l'obscurité
avatar
Pepejul
Électron
Électron

Messages : 364
Date d'inscription : 24/03/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara ~ "l'Aigle Noir" (1974)

Message par Hinde le Dim 06 Avr 2014, 23:05

Tsss....
Je savais même pas que c'était l'histoire d'un viol.  Rolling Eyes 

Ceci dit pour ma part, je ne mélange pas tout: les histoires, les contextes, les réflexions, la sémantique, les débats c'est le mental.
Quand j'écoute de la musique, il n'y plus de "d'intellect" qui tourne car alors c'est uniquement l'expression artistique qui est présente en moi.

Donc l'histoire qui a conduit à l'oeuvre à la rigueur...
avatar
Hinde
Ange Gardien/Modo
Ange Gardien/Modo

Messages : 614
Date d'inscription : 16/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara ~ "l'Aigle Noir" (1974)

Message par Hinde le Mer 09 Avr 2014, 17:23

Bon après recherches diverses et variées, voici l'histoire de cette chanson:

Barbara faisait toujours un rêve où un aigle noir venait la visiter et c'est la psychanalyse qui lui aurait donné l'explication: cet aigle noir serait la personnification de son inceste qui aurait pris cette forme là.

Voici dont une brève analyse de cette chanson où donc Barbara livre d'abord le récit du rêve et ensuite l'analyse psy sublimée :

Plus précisément, cette chanson se divise essentiellement en deux parties.

   La première partie va du début à « il a glissé son cou ». Ici, il s’agit du compte rendu d’un rêve. Ce sont les images du rêve et rien de plus. De belles images, un peu inquiétantes. On peut les interpréter, mais il ne faut pas oublier que l’interprétation est l’affaire du rêveur !
   La deuxième partie commence à « c’est alors que je l’ai reconnu » et va jusqu’à « Et faire des merveilles ». Ici, il s’agit de l’interprétation diurne et psychanalytique du rêve par le rêveur. L’oiseau c’est le père, le roi. L’interprétation montre qu’il y a un avant et un après. Avant, l’enfant était un enfant innocent avec ses rêves d’enfant (et pas ses rêves d’adultes à interpréter), avec son imagination d’enfant (être faiseur de pluie, faire des merveilles, etc.)

Les deux lignes suivantes : « L’aigle noir dans un bruissement d’ailes, Prit son vol pour regagner le ciel. » et le paragraphe qui n’est pas chanté sont une sorte de conclusion. Il s’agit d’un retour à la description du rêve qui se comprend facilement après la partie interprétation : le père laisse l’enfant seul dans « l’après ».

Cette chanson ne doit pas pour autant être réduite au traumatisme concret dont la biographie de Barbara rend compte. Le passage du monde de l’enfance, où l’on est « faiseur de merveilles », au monde des adultes peut éveiller un sentiment de nostalgie pour tout le monde. Le passage de l’image d’un père ou d’une mère « roi », à la vérité d’un père ou d’une mère simple mortel est une expérience assez universelle.
C’est le passage des rêves d’enfant (pour Freud le rêve d’enfant consiste à réaliser les désirs frustrés de la veille) aux rêves d’adulte qui mettent en jeu toute notre histoire. C’est pour cela que cette chanson va au-delà de la question de l’inceste et qu’elle touche la plupart d’entre nous.

Il faut ajouter qu’on peut aussi être touché par la chanson sans la comprendre pour ce qu’elle est. La musique, l’interprétation, les images, les phrases peuvent suffire à nous émouvoir. Chacun a le droit de ne pas comprendre et de se construire sa propre interprétation, mais quand la vérité est révélée, la refuser, c’est vivre dans le déni.

Ajoutons enfin que le dernier élément, le plus touchant et le plus intéressant, c’est de se dire que Barbara a chanté cette chanson d’aveux masqués, jusqu’au bout. Penser à cela en regardant cette vidéo de Barbara au Chatelet en 1987, c’est impressionnant !

Rajoutons enfin que Barbara a écrit d’autres chansons sur son enfance. On pense alors au terrible “Au coeur de la nuit” (Soudain, je me suis réveillée. Il y avait une présence.[...] Il y eut un bruissement d’ailes Là, tout contre ma figure. [...] Un bruit sourd venant d’outre-tombe. Qui es-tu pour me revenir ? Quel est donc le mal qui t’enchaîne ?).

Elle a finalement pardonné à son père (qui avait finalement abandonné sa famille et qu’elle n’avait plus jamais revu), comme elle le raconte dans la belle chanson Nantes :

   A l’heure de sa dernière heure
   Après bien des années d’errance
   Il me revenait en plein coeur
   Son cri déchirait le silence
   Depuis qu’il s’en était allé
   Longtemps je l’avais espéré
   Ce vagabond, ce disparu
   Voilà qu’il m’était revenu [...]

   J’ai rien dit, mais à leurs regards
   J’ai compris qu’il était trop tard

   Pourtant j’étais au rendez-vous
   Vingt-cinq rue de la Grange-au-Loup
   Mais il ne m’a jamais revue
   Il avait déjà disparu

   Voilà, tu la connais l’histoire
   Il était revenu un soir
   Et ce fut son dernier voyage
   Et ce fut son dernier rivage
   Il voulait avant de mourir
   Se réchauffer à mon sourire
   Mais il mourut à la nuit même
   Sans un adieu, sans un “je t’aime”

   Au chemin qui longe la mer
   Couché dans le jardin des pierres
   Je veux que tranquille il repose
   Je l’ai couché dessous les roses
   Mon père, mon père

http://www.soyons-lucides.fr/laigle-noir-de-barbara-tres-noir/
avatar
Hinde
Ange Gardien/Modo
Ange Gardien/Modo

Messages : 614
Date d'inscription : 16/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Barbara ~ "l'Aigle Noir" (1974)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum