Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» La dernière blague de nos amis les Rothschild : la dernière UNE de The Economist
Hier à 14:13 par Foudre

» Irma n’était que le début d’une vague de cataclysmes sans précédent
Jeu 21 Sep 2017, 23:06 par Foudre

» News septembre 2017
Mar 12 Sep 2017, 19:17 par Foudre

» Bruno Clavier - Les fantômes familiaux
Lun 04 Sep 2017, 13:23 par Foudre

» Le scandale de la maladie de Lyme en France (Pétition Lyme sans frontières)
Dim 03 Sep 2017, 18:49 par Foudre

» Pétage de plombs en direct à la Ju'light
Dim 20 Aoû 2017, 12:39 par Foudre

» Roger Waters (Pink Floyd) balance tout !
Sam 19 Aoû 2017, 11:45 par Foudre

» La Guerre secrète des illuminatis et de la Franc maçonnerie contre les peuples ( NWO )
Mar 15 Aoû 2017, 15:52 par Foudre

» 11 septembre
Sam 05 Aoû 2017, 17:12 par Foudre

» L’initiation luciférienne
Ven 04 Aoû 2017, 20:30 par Foudre

» L’avancement
Jeu 03 Aoû 2017, 22:06 par Foudre

» Un discours magistral du député insoumis Bastien Lachaud sur l'oligarchie !
Mer 02 Aoû 2017, 23:21 par Foudre

» Loïc eveil conscience
Mer 02 Aoû 2017, 21:20 par Foudre

» Laura Marie
Lun 31 Juil 2017, 21:52 par Foudre

» Boris Cyrulnik - La mémoire traumatique
Mar 20 Juin 2017, 20:15 par Foudre

» Natacha Polony virée des médias ! On comprend pourquoi...
Mar 20 Juin 2017, 12:44 par Foudre

» Ce test vous dira ce que vous avez de caché dans le subconscient !
Dim 18 Juin 2017, 12:01 par Foudre

» Analyse des élections présidentielles 2017
Dim 18 Juin 2017, 00:15 par Foudre

» Attali : « Les élus n’ont plus de pouvoir et voici votre avenir » - Effrayant !
Sam 10 Juin 2017, 09:58 par Foudre

» Ramadan : 5 conseils pour jeûner sans danger et rester en forme ???
Dim 28 Mai 2017, 19:37 par Foudre

» La franc-maçonnerie est-elle une secte diabolique ? (Johan Livernette)
Mar 18 Avr 2017, 15:00 par Foudre

» Débarrassez-vous de la plaque dentaire et de la mauvaise haleine juste en utilisant un seul ingrédient purement naturel
Mar 11 Avr 2017, 15:44 par Foudre

» Laurent Dureau (7d12d.fr)
Lun 10 Avr 2017, 13:21 par Foudre

» Frappes US en Syrie : 34 des 59 missiles Tomahawk interceptés ?
Dim 09 Avr 2017, 23:37 par Foudre

» Un aperçu des énergies de l'année 2017
Dim 09 Avr 2017, 21:34 par Foudre

» Gabrielle Isis
Dim 09 Avr 2017, 21:33 par Foudre

» Le Daily Mail retire un article sur le plan US d’organiser une attaque chimique en Syrie
Ven 07 Avr 2017, 21:35 par Foudre

» L'Arnaque des Sondages : Les Vrais pour les Elites, les Truqués pour les Peuples
Jeu 06 Avr 2017, 13:04 par Foudre

» Philippe Pascot en sait trop...
Jeu 30 Mar 2017, 15:31 par Foudre

» Taux vibratoire: conséquences physiques du changement
Jeu 30 Mar 2017, 15:17 par Foudre


la lettre du chef Seattle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

la lettre du chef Seattle

Message par Kristo le Mer 30 Avr 2014, 22:44

avatar
Kristo
Électron détaché
Électron détaché

Messages : 440
Date d'inscription : 12/02/2014
Localisation : à l'ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: la lettre du chef Seattle

Message par Hinde le Mer 30 Avr 2014, 22:59

" Mes paroles sont comme les étoiles ... "

         En 1854, le grand chef blanc de Washington proposa l'achat d'une partie importante des terres indiennes en promettant de créer une réserve pour le peuple indigène.

La réponse du chef Seattle, publiée ici dans sa totalité a été décrite comme la déclaration la plus belle et la plus profonde qui ait été faite sur la nation indienne.

      « Le grand chef de Washington envoie un message pour dire qu’il désire acheter nos Terres.
     Comment peut-on acheter ou vendre le firmament ou encore la chaleur de la Terre ?  Cette manière de penser nous est étrangère. Si nous ne possédons pas fraîcheur de l’air ni le miroitement de l'eau, comment pouvez vous nous les acheter ?
      Quand le chef Seattle parle, le grand chef de Washington peut se fier à ce qu’il dit, aussi sûrement que notre frère blanc peut se fier au retour des saiso
      Mes paroles sont comme les étoiles, elles ne s’éteignent pas.
Mon peuple vénère chaque coin de cette Terre, chaque scintillante aiguille de sapin, chaque plage sableuse, chaque nuage de brume dans les sombres forêts, chaque clairière,
Chaque insecte qui bourdonne; Toutes ces choses sont sacrées.
La sève qui monte dans l‘arbre porte en elle le souvenir de l’Homme Rouge.      
       Les morts des Blancs oublient le pays de leur naissance quand ils s’en vont pour cheminer sous les étoiles. Nos morts n’oublient jamais cette Terre merveilleuse, car elle est La Mère de l’Homme Rouge. Nous faisons partie de la Terre et elle fait partie de nous. Les fleurs odorantes sont nos sœurs; les chevreuils, le cheval, le grand aigle sont nos frères. Les hauteurs rocheuses, les luxuriantes prairies, la chaleur corporelle du cheval -et de l'homme -, elles font toute partie de la même famille.
       Si donc le grand chef de Washington nous envoie son message pour dire qu’il pense acheter nos Terres, il nous demande beaucoup.
       Le grand chef nous fait savoir qu’il nous donnera un endroit où nous pouvons vivre agréablement entre nous. Il sera notre père et nous serons ses enfants. Mais cela se peut-il jamais?
       Nous réfléchissons à votre offre d'acheter nos Terres. Ce ne sera pas facile, car, pour nous, cette Terre est sacrée.
       Ces forêts font notre joie. Je ne sais pas- notre manière d’être n’est pas la même que la votre. L'eau scintillante qui bouge dans les ruisseaux et les fleuves n’est pas seulement de l’eau, mais le sang de nos ancêtres. Si nous vous vendons nos Terres, vous devrez savoir  qu'elles sont sacrées, et vous devrez appendre à vos enfants qu’elles sont sacrées et que, dans l’eau limpide des lacs, chaque miroitement fugitif parle d’évènements et de traditions que mon peuple a vécus. Le murmure de l'eau est la voix de mes ancêtres. Les cours d’eau sont nos frères - ils étanchent notre soif. Les cours d’eau portent nos canoës et nourrissent nos enfants.
       Si nous vendons notre Terre, vous devrez garder ceci dans votre mémoire et l’apprendre à vos enfants: les cours d’eau sont nos frères - et les vôtres - et, dès ce moment, vous devez accorder votre bonté aux cours d’eau, comme vous l’accordez à tout autre frère. L’Homme Rouge s’est toujours retiré pour céder la place à l’homme blanc qui envahissait son pays –comme la brume du matin cède la place au soleil qui se lève.
       Nous savons que l'homme blanc ne comprend pas notre manière d’être.

A ses yeux, n’importe quelle partie du pays est semblable à l’autre, car il est un étranger, qui vient dans la nuit et prend à la Terre toutes les choses qu’il lui faut. La Terre n'est pas son frère, mais son ennemi, et lorsqu’il l’a conquise, il continue son chemin. Il laisse derrière lui les tombes de ses pères- et ne s’en soucie pas. Il vole la Terre à ses enfants– et ne s’en soucie pas. Oubliés, les tombes de ses pères et le patrimoine de ses enfants. Il traite sa mère, la Terre, et son frère, le Ciel, comme des objets faits pour être achetés et pillés, pour être vendus comme des moutons ou des perles luisantes. Sa faim dévorera la Terre et ne laissera rien qu’un désert.
Je ne sais pas- notre manière d’être n’est pas la même que la vôtre. La vue de vos villes fait mal aux yeux de l’Homme Rouge. Peut-être parce que l’Homme Rouge est un sauvage et qu’il ne comprend pas
Dans les villes des Blancs, il n’y a pas de silence. Pas d’endroit où l’on puisse entendre les feuilles s’ouvrir au printemps ou les insectes bourdonner.
Mais peut-être est ce ainsi parce que je suis un sauvage et que je ne comprends pas. Ce fracas, semble-t-il, ne peut qu’offenser nos oreilles. Que reste-t-il dans la vie, si l’on ne peut plus entendre le cri solitaire de l’engoulevent ou les chamailleries des grenouilles dans l’étang la nuit ?
       Je suis un Homme Rouge et je ne comprends pas cela.
L’indien aime le doux bruissement du vent qui caresse l’étang - et  l’odeur du vent, purifiée par la pluie de l’après-midi ou lourde du parfum des pins.
       L'air est précieux pour l’Homme Rouge, car toutes les choses  partagent le même souffle - l’animal, l'arbre, l'homme - tous ils partagent le même souffle. L'homme blanc semble ne pas remarquer l’air qu’il respire; comme un homme qui meurt depuis des jours, il ne sent plus la puanteur qui l’entoure.
Mais si nous vous vendons notre pays, vous ne devez pas oublier que l'air nous est précieux –que l’air partage son esprit avec toute la vie qu'il contient.
       Le vent a donné leur premier souffle à nos pères, et il a recueilli leur dernier soupir. Et le vent devra aussi donner à nos enfants l’esprit qui les fera vivre. Et si nous vous vendons notre pays, vous devrez  l’apprécier pour cette valeur particulière qu’il possède et pour son sol béni, l’apprécier comme un lieu où l’homme blanc sent, lui aussi, que le vent lui apporte le parfum suave des fleurs de la prairie.
       Quant à votre demande d’acheter notre Terre, nous y réfléchissons, et si nous nous décidons à accepter, c’est a une condition: l'homme blanc devra traiter les animaux de cette Terre comme ses frères.
       Je suis un sauvage et je ne l’entends pas autrement.
J'ai vu mille bisons en train de pourrir, abandonnes par l’homme blanc, tués à coup de fusil à partir d’un train qui passait. Je suis un sauvage et je ne peux pas comprendre comment le cheval de fer fumant devrait avoir plus d’importance que le bison. Le bison, nous le tuons seulement pour pouvoir continuer à vivre.
       Qu’est l'homme sans les animaux ?
Si tous les animaux étaient partis, l'homme mourrait d’une grande solitude de l’esprit.. Tout ce qui arrive aux animaux arrivera bientôt à l’homme aussi. Les maux qui touchent la Terre touchent aussi les fils de la Terre.
Vous devez enseigner à vos enfants que le sol sous leurs pieds est fait des cendres de nos grands- pères. Et afin qu’ils respectent le pays, dites-leur que la Terre est remplie des âmes de nos ancêtres.
       Apprenez à vos enfants ce que nous apprenons à nos enfants: la Terre est notre Mère
Les maux qui touchent la Terre touchent aussi les fils de la Terre. Si les hommes crachent sur la Terre, ils crachent sur eux-mêmes.

Car ceci nous le savons, la Terre n'appartient pas aux hommes, l'homme appartient à la Terre. Ceci nous le savons
Toutes les choses sont  liées ente elles, comme le sang qui lie tous les membres d’une famille. Tout est lié. Ce n’est pas l'homme qui a créé le tissu de la vie, il n’en est qu’une fibre.
Nous réfléchissons à votre offre. Nous savons, si nous ne vendons pas, que l’homme blanc viendra sans doute avec des armes et s’emparera de notre pays. Mais nous sommes des sauvages. L’homme blanc, qui possède passagèrement le pouvoir, croit déjà être Dieu, à qui appartient la Terre.
       Comment un homme peut-il posséder sa mère ?
Même l’homme blanc que son Dieu accompagne, ce Dieu qui lui parle comme à un ami, même l’homme blanc ne peut échapper à la destinée commune.
       Peut-être sommes-nous tout de même frères. Nous verrons.
Il est une chose que nous savons et que, peut-être, l’homme blanc découvrira que plus tard:
Notre Dieu est le même que le votre.
Vous croyez peut-être le posséder -tout comme vous cherchez à posséder notre pays –mais ceci, vous ne le pourrez pas. Il est le Dieu des hommes-le Dieu des Rouges comme celui des Blancs. Ce pays, pour lui, est précieux, et blesser la Terre, c’est mépriser son créateur.
       Les blancs disparaîtront, eux aussi, peut-être plus tôt que toutes les autres tribus. Continuez à infecter votre lit, et une nuit, vous mourrez étouffés par vos propres détritus. Mais en disparaissant, vous rayonnerez d’un magnifique éclat- animés par la force du Dieu qui vous a amenés dans ce pays et vous a destinés à régner sur ce pays et sur l’Homme Rouge. Cette destination est pour nous une énigme. Quand les bisons seront tous massacrés, les chevaux sauvages réduits, quand les endroits retirés et mystérieux des forêts seront lourds de l’odeur des foules, quand l’image des champs mûrs sur les collines sera profanée par les fils parlants- où est le fourré? disparu– où est l’aigle? disparu.
       Et s’il faut dire adieu au poney rapide et à la chasse, cela signifie quoi?  La fin de la vie –et le début de la survie. Bien peu de choses nous unissent.
       Quand le dernier homme rouge aura quitté cette Terre et que son souvenir ne sera plus que l’ombre d’un nuage au-dessus de la prairie, l’esprit de mes pères restera vivant dans ces rivages et dans ces bois. Car ils ont aimé cette Terre, comme le nouveau-né aime le battement du cœur de sa mère.

           Car il est une chose que nous savons: notre Dieu est le même Dieu que le vôtre.  
                Cette Terre est  sacrée pour lui. Même l’homme blanc ne peut échapper à la destinée commune.                               Peut-être sommes- nous  tout de même frères. Nous verrons.

Où est le bison ?  Détruit
Ou est l'aigle. ?Disparu
                           La vie se termine                          
Commence la Survie.

CHEF SEATTLE
avatar
Hinde
Ange Gardien/Modo
Ange Gardien/Modo

Messages : 614
Date d'inscription : 16/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum