Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Cercle de Prières international de Sylvain Didelot
Jeu 24 Mai 2018, 12:15 par Foudre

» Dédollarisation des transactions pétrolières: la cause d’une possible guerre USA-Iran?
Mer 23 Mai 2018, 17:42 par Foudre

» Vaxxed de la dissimulation à la catastrophe
Mar 22 Mai 2018, 19:59 par Foudre

» Le véritable crime de Robespierre : avoir défié la toute-puissance des riches
Dim 20 Mai 2018, 17:27 par Foudre

» Le scandale de la maladie de Lyme en France (Pétition Lyme sans frontières)
Sam 12 Mai 2018, 14:30 par Foudre

» Laura Marie
Mar 08 Mai 2018, 14:09 par Foudre

» Le Pape a révélé que la Franc-maçonnerie est du Satanisme
Ven 27 Avr 2018, 16:50 par Foudre

» De Pompidou à Macron, le système Rothschild tire toujours profit de la dette publique…
Mar 24 Avr 2018, 10:45 par Foudre

» Lulumineuse
Sam 21 Avr 2018, 18:19 par Foudre

» Laisser briller ou éclairer ?
Sam 21 Avr 2018, 15:08 par Foudre

» L'esclavage moderne par la dette…
Mar 17 Avr 2018, 21:16 par Foudre

» L’ENORME intervention de la Syrie à l’ONU après l’attaque du 14/04/18 ( à voir ! pas vu à la TV)
Lun 16 Avr 2018, 09:47 par Foudre

» Le grand secret de la guerre en Syrie, révélé par un expert syrien
Dim 15 Avr 2018, 10:54 par Foudre

» La réalité du conflit syrien face à Bourdin, par une experte en géopolitique ! (12/04/18)
Jeu 12 Avr 2018, 21:38 par Foudre

» Pourquoi tout va s'effondrer
Mer 28 Mar 2018, 19:42 par Foudre

» Carcassonne / Trèbes: Des acteurs des attentats sont liés à des politiques et à la franc-maçonnerie...
Mer 28 Mar 2018, 19:25 par Foudre

» Message des Pléiadiens ALCYON PLEIADES
Mar 27 Mar 2018, 23:19 par Foudre

»  Ce qu'ils voudraient nous cacher ;-)
Mar 27 Mar 2018, 22:01 par Foudre

» Grand messe médiatique des Enfoirés ou invitation au satanisme ?
Ven 23 Mar 2018, 10:12 par Foudre

» Gabrielle Isis
Mar 20 Mar 2018, 12:17 par Foudre

» Un pas de coté pour changer le monde - Marc DE BONI
Mer 14 Mar 2018, 19:39 par Foudre

» Cash investigation - Les vendeurs de maladies / intégrale
Mer 07 Mar 2018, 12:48 par Foudre

» Christian Tal Schaller
Lun 26 Fév 2018, 14:10 par Foudre

» Idriss Aberkane
Lun 26 Fév 2018, 14:03 par Foudre

» Analyse d'eau, de sang et de filaments prouvant la contamination
Sam 17 Fév 2018, 15:59 par Foudre

» Buzyn promet plus de moyens pour la psychiatrie ???
Sam 27 Jan 2018, 19:57 par Foudre

» Joël Ducatillon
Jeu 18 Jan 2018, 23:00 par Foudre

» Epigénétique - Effet Maharishi (Preuves Scientifiques)
Mar 16 Jan 2018, 21:39 par Foudre

» Méfiez-vous des gens spirituels
Dim 14 Jan 2018, 15:52 par Foudre

» Facebook supprime les pages d'Alain Soral et de son association Egalité et Réconciliation
Jeu 21 Déc 2017, 22:19 par Foudre


Samatha, samapatti et samadhi

Aller en bas

Samatha, samapatti et samadhi

Message par Hinde le Ven 23 Mai 2014, 19:40

http://www.centrebouddhisteparis.org/Bouddhisme/Samadhi_Parfaite/samadhi.html

Samatha, samapatti et samadhi

Quoique la samadhi dans le sens de concentration et la samadhi dans le sens d'Éveil soient bien distinctes et ne doivent pas être confondues, il est important de comprendre qu'elles ne sont pas mutuellement exclusives. Il ne serait pas incorrect de les décrire comme le degré inférieur et le degré supérieur de la même expérience. On pourrait aussi dire qu'entre la samadhi en tant que concentration et la samadhi en tant qu'Éveil il y a un état ou un degré intermédiaire, qui est connu dans les textes du Mahayana sous le nom de samapatti. De façon littérale, samapatti veut dire réalisations, et suggère toutes les expériences spirituelles qui, se produisant suite à la pratique de la concentration, n'arrivent cependant pas tout à fait à la samadhi dans son sens le plus complet. Nous avons ainsi trois termes : samatha (en pâli : samatha) ou concentration, samapatti ou réalisations, et samadhi dans le sens le plus complet et final de l'Éveil lui-même. Ces trois termes représentent une seule série progressive d'expériences spirituelles, chacune d'entre-elles introduisant la suivante et préparant le chemin pour l'atteindre. En les étudiant l'une après l'autre nous gagnerons, d'une façon pour ainsi dire cumulative, une idée ou un aperçu de la nature de la samadhi dans son sens le plus ultime.

Samatha

Littéralement, samatha signifie tranquillité, quoique ce mot soit parfois traduit par pacification, ou apaisement, voire simplement par calme. Si on la traduisait par paix, on serait assez près de la vérité, car c'est un état de paix profonde et de calme de l'esprit, et même de tout l'être. L'activité mentale dans le sens de la pensée discursive ou du bruit de la machinerie mentale est soit minimale - c'est-à-dire très subtile - soit complètement absente. La samatha est aussi un état de concentration parfaite, ou de focalisation de l'esprit, un état d'intégration de toutes les forces et énergies de l'être psychophysique. La samatha correspond ainsi aux quatre dhyanas, les quatre niveaux ou états de conscience élevée dont nous avons parlé dans le chapitre consacré à l'Effort parfait.

La samatha est souvent divisée en trois degrés, ou niveaux, ou échelons : la concentration sur un objet matériel brut, la concentration sur une contrepartie subtile de l'objet brut, et l'absorption dans la contrepartie subtile de l'objet brut. Comme ceci n'est peut-être pas très clair, je vais en donner une illustration concrète. Supposons que vous vous mettiez à pratiquer la concentration sur une image ou une représentation du Bouddha. Cette image, cette représentation, est l'objet brut. Vous vous asseyez et vous la regardez, non pas fixement, mais simplement. Vous la regardez sans faire attention à rien d'autre. Vous ne regardez rien d'autre, vous vous fermez à toute autre impression des sens, et les yeux grand ouverts vous restez complètement concentré sur cette image ou cette représentation, la laissant entrer entièrement et complètement, et n'étant conscient de rien d'autre.

Dans le second niveau vous fermez les yeux et vous voyez l'image ou la représentation du Bouddha aussi clairement que si vous aviez les yeux ouverts et étiez en train de regarder l'image matérielle ou la représentation elle-même. Ceci demande bien sûr pas mal de pratique, et certains y arrivent mieux que d'autres. L'image que vous voyez de façon vive quand vos yeux sont fermés est la contrepartie mentale subtile de l'image ou de la représentation originale, et c'est sur cela que vous vous concentrez. Finalement, il n'y a plus de perception sensorielle : vous êtes complètement concentré sur cette image mentale - voire archétype - en vous.

Dans le troisième niveau vous continuez à vous concentrer, de manière toujours plus intense et focalisée, sur la contrepartie subtile de l'image brute originale. En vous concentrant ainsi vous devenez, si l'on peut dire, assimilé par cette image, absorbé par elle. La distinction entre le sujet et l'objet finit par disparaître, et vous vous fondez dans l'objet de votre concentration, vous vous identifiez avec lui.

J'ai choisi la concentration sur une image ou une représentation du Bouddha comme un exemple de la pratique de la samatha, parce que dans ce cas la différence entre les niveaux peut être clairement vue. Mais dans tout type d'exercice de concentration l'on commence par prendre un objet brut, on avance vers l'objet subtil, et l'on devient absorbé dans l'objet subtil, faisant ainsi l'expérience des trois degrés, niveaux ou échelons de la samatha, ou tranquillité.

Samapatti

Littéralement, samapatti signifie réalisations, ou expériences vécues en tant que résultat de la pratique de la concentration. Tous ceux qui pratiquent la concentration et la méditation finissent par vivre des expériences d'un genre ou d'un autre. Le type et le degré de ces expériences dépendent beaucoup du tempérament personnel, et ne sont pas nécessairement liés au degré de développement spirituel. Parfois, les gens imaginent que si l'on a de nombreuses expériences de cette sorte, on est plus avancé que si l'on n'en a qu'une ou deux, voire aucune ; mais ce n'est pas aussi simple que cela.

La sorte d'expérience de nature élémentaire la plus commune est probablement celle de la lumière. Alors que l'esprit devient plus concentré, vous pouvez voir différentes sortes de lumières - habituellement une lumière blanche ou jaunâtre, parfois bleutée, et occasionnellement rouge ou verte, quoique celles-ci soient relativement plus rares. Des expériences de cette sorte sont une indication que l'esprit est devenu concentré, que le niveau de prise de conscience a légèrement augmenté, et que l'on a commencé à prendre contact avec quelque chose qui est un petit peu au-delà de l'esprit conscient ordinaire. Certaines personnes, au lieu de voir des lumières, entendent des sons. Elles peuvent entendre une note musicale soutenue, très profonde, un peu comme un mantra, ou bien elles peuvent entendre des mots prononcés, si l'on peut dire, en eux. Elles peuvent parfois entendre ces mots très clairement, comme si une voix leur parlait. Les gens qui croient en Dieu pensent souvent, bien sûr, que c'est Dieu qui leur parle, mais selon l'enseignement bouddhique ces sons et ces voix proviennent des profondeurs - sans que parfois ce soit même des profondeurs les plus profondes - de notre propre esprit et de notre propre conscience.

Il arrive aussi parfois qu'au cours de leur pratique de la concentration certaines personnes fassent l'expérience de la perception de diverses odeurs. Parfois c'est comme si la pièce dans laquelle elles sont assises était envahie par un parfum agréable tel que celui du jasmin ou de la rose, et ce parfum peut même parfois être senti par d'autres personnes. Ceci aussi est un signe que l'esprit devient plus subtil, plus raffiné et raréfié, et que l'on entre en contact avec un niveau de conscience plus élevé.

En progressant, les expériences changent. Je ne vais pas essayer de vous dresser la liste de toutes les expériences différentes que l'on peut faire, mais je vais en mentionner quelques autres, parmi les plus typiques que peuvent rencontrer la plupart des gens. On peut faire l'expérience de voir, soudain, se dérouler devant soi des paysages de diverses sortes, certains avec des arbres et des collines, et semblant parfois s'étendre sur des kilomètres. On peut voir un brillant ciel bleu, ou des formes géométriques en éclair, ou des formes semblant faites de joyaux, ou des figures et des formes ressemblant à des mandalas. On peut aussi voir d'autres formes diverses, telles que des visages ou des yeux. Toutes ces expériences sont assez communes chez les gens qui pratiquent ne serait-ce qu'un petit peu la concentration et la méditation. On peut aussi faire l'expérience de quelque chose d'un peu différent, tel qu'un changement du poids de son corps : on peut se sentir très lourd, comme si l'on ne pouvait absolument pas se lever ; ou bien on peut se sentir très léger, comme si, telles des graines de chardon, on allait s'envoler. Il peut y avoir des expériences de chaleur ou de froid intense, et ces changements de température peuvent parfois être perçus par d'autres personnes.

Certaines personnes qui pratiquent la concentration et la méditation de façon continue sur de longues périodes - quoique pas toutes, car cela est une question de tempérament - trouvent non seulement que leur esprit devient extrêmement sensible, mais qu'elles développent divers sens subtils. Elles peuvent prendre conscience qu'elles comprennent ce que d'autres personnes sont en train de penser, ou elles peuvent développer les facultés qu'en Occident on appelle la clairvoyance et la faculté d'entendre à distance. Selon l'enseignement bouddhique - en fait selon l'expérience bouddhique - ces facultés se développent en résultat de la pratique de la concentration et de la méditation, quand tout l'être devient plus raffiné et subtil. Mais je dois insister encore sur le fait qu'elles ne se développent pas chez tout le monde. Certaines personnes, apparemment, peuvent même aller jusqu'au bout - même réaliser le nirvana - sans développer aucune de ces facultés.

D'autres expériences de samapatti comprennent, de façon peut-être plus importante, l'expérience d'une joie intense, du bonheur, de l'extase, et d'une paix ineffable qui descend sur nous et nous enveloppe. Ceci arrive en particulier durant la méditation, mais peut aussi se produire à d'autres moments. De façon plus importante encore - et ici la samapatti commence à rejoindre la samadhi - vous pouvez avoir des éclairs de vue intérieure pénétrante. C'est comme si un voile s'était soudain déchiré et, le temps d'un instant, vous voyez les choses telles qu'elles sont - puis le voile se referme. Mais vous avez eu un aperçu, un éclair. Vous pouvez soudainement comprendre la vérité d'un enseignement que vous connaissez depuis longtemps, mais n'aviez jamais pénétré ni réalisé - quelque chose que vous aviez lu dans des livres, et pensiez très bien connaître. Quand vous avez cet éclair de vue pénétrante de cette vérité, de cette réalité, vous vous rendez compte qu'auparavant vous ne la connaissiez pas du tout, absolument pas. Ce n'est pas que vous la compreniez en partie, ou assez bien - ce n'est pas cela du tout. Quand vous voyez réellement, dans un véritable éclair de vue intérieure, vous réalisez que lorsque vous ne connaissiez cette vérité que pour l'avoir lue dans des livres ou pour l'avoir entendue, vous ne la connaissiez en fait pas du tout.

Toutes les expériences que j'ai décrites sont des expériences de samapatti, et nous avons vu qu'il y en a une immense variété. Personne ne fait l'expérience de toutes, mais tous ceux qui suivent le chemin de la concentration et de la méditation font au moins l'expérience de certaines d'entre-elles.

J'ai déjà dit que la samadhi à proprement parler est l'état d'être établi dans la Réalité ou d'être Éveillé. Il y a beaucoup de façon d'aborder cet état. Il est souvent décrit en termes négatifs, par exemple en termes de destruction des asravas. Le mot asrava (en pâli : asava) signifie flux empoisonné, penchant, travers de notre nature. Il y a trois asravas. Tout d'abord il y a le kamasrava (en pâli : kamasava), le flux empoisonné, le penchant vers le désir ou vers l'avidité de l'expérience sensuelle pour elle-même, à son propre niveau. Puis il y a le bhavasrava (en pâli : bhavasava), le flux empoisonné, le penchant vers l'existence conditionnée - en d'autres termes le désir de ou l'attachement à tout mode d'existence qui n'est pas l'Éveil lui-même. Enfin il y a l'avidyasrava (en pâli : avijjasava), le flux empoisonné, le penchant vers l'ignorance, dans le sens d'obscurité spirituelle et de manque de prise de conscience spirituelle. Ainsi, en termes négatifs, la samadhi à proprement parler est décrite comme étant l'absence complète de ces trois penchants ou flux empoisonnés. C'est un état dans lequel les expériences des sens et les choses matérielles ne signifient rien : un état dans lequel il n'y a aucun désir pour aucune sorte d'existence conditionnée, aucun intérêt pour rien d'autre que le Nirvana ou l'Éveil, et aucune ombre d'ignorance ou d'obscurité spirituelle.

En plus de cette description négative de la samadhi, il y a diverses descriptions positives - quoique ici il nous faille avancer avec précaution, et comprendre que nous essayons de faire allusion à quelque chose qui est bien au-delà de ce que la force des mots peut exprimer. Certains textes mentionnent un groupe de trois samadhis, dans le sens le plus élevé du terme. Cela ne veut pas dire qu'il y ait trois états mutuellement exclusifs ; ces trois samadhis sont plutôt comme différents aspects ou différentes dimensions d'une seule

Samadhi

La samadhi sans image.

La première de ces trois samadhis est connue comme étant la « samadhi sans image » (en pâli et en sanskrit : animitta). Cela dénote le fait que l'état de samadhi est parfaitement libéré de toute pensée, de toute conceptualisation. Si nous pouvions imaginer un état dans lequel nous prenons conscience, nous sommes conscient, complètement et clairement, au niveau le plus élevé, sans aucune pensée discursive - si nous imaginions que notre esprit est comme un ciel magnifique, d'un bleu vif et clair, sans la moindre trace de nuage -, alors voilà ce que serait l'expérience de samadhi sans image. Habituellement, le ciel de l'esprit est couvert de nuages : des nuages gris, des nuages noirs, parfois même des nuages d'orage ; mais occasionnellement des nuages teintés d'or. L'état de samadhi est un état libéré de tout nuage de pensée, de toute conceptualisation.

La samadhi sans direction

La seconde samadhi - ou le second aspect, la seconde dimension de la samadhi - est connue comme étant la « samadhi sans direction, ou sans penchant » (en sanskrit : apranihita ; en pâli : appanihita). La samadhi sans direction est un état dans lequel il n'y a pas de direction particulière dans laquelle on souhaite aller, il n'y a pas de préférence. On se tient simplement en équilibre, comme une sphère posée sur un plan complètement horizontal, qui n'a pas de raison propre de rouler dans aucune direction particulière. L'esprit Éveillé - l'esprit installé dans la samadhi - est ainsi. Il n'a pas de tendance ou d'inclination à aller dans aucune direction car il n'a pas de désir individuel ou égoïste. C'est un état difficile à décrire, mais peut-être en pensant en termes de spontanéité parfaite, sans aucune envie forte ni impulsion de rien faire de particulier, peut-on s'en approcher.

La samadhi de la vacuité

Le troisième aspect, ou la troisième dimension de la samadhi est connu comme étant la « samadhi de la vacuité, ou shunyata (en pâli : suññata) ». Shunyata ne signifie pas vide ou vacuité dans le sens littéral. Shunyata signifie Réalité. La sunyata-samadhi est l'état de réalisation entière et complète de la nature ultime de l'existence, qui ne peut pas être décrite par des mots. Ce n'est pas qu'un aperçu, comme dans l'étape de Vision parfaite, mais une réalisation complète, totale et parfaite. Cette samadhi de la vacuité est liée dans certains textes à l'ekalaksana-samadhi ou samadhi de la caractéristique unique, aussi nommée samadhi de l'esprit impartial. C'est une expérience dans laquelle on voit tout comme ayant les mêmes caractéristiques. On voit normalement certaines choses comme étant bonnes, d'autres comme étant mauvaises. Il y a des choses que l'on considère comme plaisantes, et d'autres déplaisantes. On aime certaines choses, on n'en aime pas d'autres ; certaines choses sont proches, d'autres sont lointaines ; certaines sont passées, certaines sont présentes, d'autres sont futures. De cette manière on donne différentes caractéristiques aux choses. Mais dans la samadhi de la vacuité, on voit tout comme ayant la même caractéristique : tout est shunyata, tout est réel de façon ultime, et dans ses profondeurs ultimes tout est la même chose. Puisqu'au fond tout est la même chose, il n'y a pas de raison d'avoir des attitudes différentes envers des choses différentes ; on a la même attitude envers tout, et l'on goûte donc un état de paix, de tranquillité, de stabilité et de repos.

Ceux d'entre-vous qui s'intéressent au Zen, et plus particulièrement à Houei-neng et à son Soûtra de l'Estrade (aussi appelé Soûtra de Houei-neng) seront peut-être intéressés de savoir que la samadhi de la caractéristique unique et la samadhi de l'esprit impartial sont toutes deux citées dans le Soûtra de l'Estrade. Ceci nous amène à un point très important en relation avec le bouddhisme Zen. Vous vous souvenez peut-être que Houei-neng dit que la samadhi et la prajña (ou sagesse) ne sont pas différentes, mais sont en réalité une seule et même chose. Il dit que la samadhi est la quintessence de la prajña, et que la prajña est la fonction de la samadhi, et il illustre ce point en disant que la samadhi est comme une lampe et que la prajña, la sagesse, est comme la lumière de cette lampe.

Cette identité, ou au moins cette non-dualité de la samadhi et de la prajña est un enseignement très important de Houei-neng et plus généralement de l'école Zen, et quelques occidentaux étudiant le Zen la trouvent difficile et déroutante. Parfois ils l'ont même déformée. La raison à cela est qu'ils entendent le mot samadhi comme signifiant concentration, et qu'ils pensent que Houei-neng assimile la concentration à la sagesse, faisant ainsi apparaître son enseignement comme un non-sens, et égarant beaucoup les gens. La samadhi de Houei-neng, cependant, au moins dans ce passage, est la samadhi dans son sens le plus élevé : la samadhi identique à la huitième étape du Noble chemin octuple, telle que nous l'avons expliquée. En d'autres termes, la samadhi, dans ce passage, est l'état d'un être complètement établi dans l'Éveil. Ceci est en fait très clair dans le Soûtra de l'Estrade. Houei-neng y dit très clairement et avec insistance que les gens interprètent mal la « samadhi de la caractéristique unique », pensant que cela signifie s'asseoir calmement et continûment sans laisser aucune idée apparaître dans l'esprit. En d'autres termes, ils pensent que cela signifie concentration - une interprétation que rejette Houei-neng. Si ce n'était que concentration cela ferait de nous des objets inanimés. Houei-neng dit que la samadhi dans le vrai sens - dans le sens qu'il lui donne, dans le sens du Tch'an ou du Zen - est une chose très différente.

Cela ne veut pas dire que Houei-neng soit contre la méditation, ou contre la concentration de l'esprit. Il dit seulement que la concentration, ou la samatha, n'est pas la samadhi dans le sens le plus complet et le plus élevé, ou dans le sens réel. La concentration n'est que la concentration : ce n'est pas cette samadhi qui, selon son enseignement, est identique à la prajña. La véritable samadhi, dit Houei-neng, reste la même dans toutes les circonstances et sous toutes les conditions. Ce n'est pas quelque chose dont on ne fait l'expérience que lorsque l'on s'assied et que l'on médite.
avatar
Hinde
Ange Gardien/Modo
Ange Gardien/Modo

Messages : 614
Date d'inscription : 16/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Samatha, samapatti et samadhi

Message par Invité le Dim 25 Mai 2014, 13:54

Merci4  MERCI1  Merci3  merci

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum